Les femmes et les enfants d’abord.

Mères méritantes, Châteauroux juin 2012

Mères méritantes, Châteauroux juin 2012

 

Cette semaine plusieurs émissions de télévision ont abordé le douloureux problème des déserts médicaux. J’ai suivi tout cela d’une oreille distraite, n’étant plus dans la partie en raison d’une sortie de jeu prématurée et volontaire, mais j’ai tout de même levé le nez du bouquin que je lisais pendant que mon mari regardait l’émission, en entendant que le reportage se déroulait dans la maison médicale d’un quartier sensible.
La vue que l’on avait de la salle d’attente permettait de constater une fois de plus que désormais quartier sensible signifie quartier musulman.
On dirait presque un jeu de mots car il semble bien difficile de croire que les musulmans pourraient dans leur ensemble être présentés comme sensibles au sens de  « affectif, compatissant, tendre, vulnérable » alors que d’autres  synonymes de « sensible » leur vont si bien (en particulier  susceptible….), passons.
Les patients qui attendaient là étaient toutes des patientes, la plupart étaient voilées, ou présentaient au moins quelques signes extérieurs évoquant une musulmanose (certains diagnostics s’envisagent à la phase de simple « observation »).
La jeune femme médecin qui les recevait était fort sympathique.
Elle était ravie pour plusieurs raisons, la première étant d’avoir trouvé une manière d’exercer en tant que salariée, ce qui lui permettait de vivre normalement en dehors des heures de bureau, la deuxième était le plaisir du contact avec la « diversité ».
En effet, expliqua t-elle ravie à la journaliste qui l’interviewait : elle avait rencontré jusqu’à 18 représentants de nationalités différentes dans la journée !
Etonnant non ?
Merveilleux en tout cas. A ses yeux du moins.
Ce qui prouve une fois de plus que la différence entre ce que voient les bien pensants et ce que nous voyons n’est pas tant liée à une différence d’acuité visuelle qu’à une question d’interprétation.
Je le sens d’autant plus qu’il n ‘y a pas si longtemps, j’aurai pu être moi même, à la place de ma consœur et quasiment aussi ravie.
Confondant moi aussi  le pays  avec un campus, un aéroport ou un camp de vacances, j’aurais pu être subjuguée par le fait que mes patients viennent tous du bout du monde et considérer que c’était plus original, et donc amusant  que de soigner les bretons et autres auvergnats que l’on connait par cœur et dont on n’attend donc aucune surprise.
Gavés du pain traditionnel de la boulangerie du village, il est si attirant d’entrer dans une boutique qui présente des dizaines de sortes de pains « du monde ».
C’est un univers entier qui  arrive ainsi sous nos fenêtres, comme pour nous distraire, nous amuser, nous sortir de notre « routine » … ou, dans le cas où nous nous mettons au service de ce « monde entier », de nous permettre de nous sentir vraiment bons au lieu de nous sentir seulement « professionnels ».
Et puis pensez : 18 nationalités ! Donc 18 variétés d’immigrés, donc 18 sortes de gens tous différents les uns des autres, in-amalgamables donc, n’ayant comme point commun sans doute que leur nouvelle identité française, si variés qu’ils ne sauraient constituer un tout, encore moins un envahisseur.
18 sortes d’immigrés, 18 sortes de « pains du monde », pour ainsi dire tous faits de la même pâte, mais présentés avec des étiquettes différentes en fonction des condiments ou des épices ajoutés et qui semblent  donc augmenter les choix, de pain ou de vie, qui nous sont proposés, alors qu’ils ne font que préparer la disparition de la baguette traditionnelle,  ou de la vie, à laquelle nous étions habitués.

Et puis, comment penser, à moins d’avoir un esprit aussi tordu que le mien, que ces  femmes avec leurs enfants, qui ne semblent pas plus présenter de danger que des naufragées aux bras chargés de nourrissons, soient la partie aimable d’une invasion qui aura notre peau et surtout surtout celle de nos propres enfants.
Les hommes étaient  si absents de ce reportage, qu’une  journaliste finit par s’interroger sur leur absence.
La question sembla gêner légèrement, puis on nous dit que cette femme médecin pratiquait entre autres la gynécologie et que le fait que ce type de médecine soit pratiquée par une femme était vu comme un avantage, à cause de certaines caractéristiques culturelles, sur lesquels personne ne s’attarda, que les consultations pédiatriques concernaient,  par tradition, là aussi, plutôt les femmes et que, ma fois, ….on passa vite à autre chose.

La réponse était pourtant si évidente : les hommes n’étaient pas là car ils étaient occupés à reconstruire la France.
Cela finit par être vrai en quelque sorte : ces  hommes nous reconstruisent effectivement une nouvelle France, pendant que nous faisons guili guili à leurs mignons gamins gazouillant dans les bras de leurs mamans….de tant d’origines si « différentes ».

Publicités

26 commentaires on “Les femmes et les enfants d’abord.”

  1. Pakounta dit :

    – Les quartiers sont « sensibles » parce qu’ils font mal. Rien que du vocabulaire médical classique. La médecine classique s’attache à faire disparaître la cause, en l’occurrence le corps étranger responsable de l’infection. Mais nos diafoirus ne savent plus rien faire et la maladie tourne à la septicémie.
    – L’avantage de ces clientèles, pour la docteuse, c’est que ça ressemble beaucoup à de la médecine vétérinaire, puisque ces connes et leurs enfants sont incapables d’exposer une notion simple (du genre « ma fille Fatima a mal au cul depuis que son père Abdel la sodomise »). En plus fatigant néanmoins, néanmoins, passke les moukères gueulent et font éventuellement venir leur donneur de sperme pour cogner.

    • dxdiag2 dit :

      Le problème Pakounta, c’est que justement l’ambiance de ce cabinet médical n’était pas désagréable (regardez les femmes de Chateauroux comme elles ont l’air paisibles).
      Et après tout quand Fatima vient demander conseil pour son petit dernier à la gentille doctoresse, dans un centre médical gratuit ( pour lequel donc on comprend que personne ne paye ah ah ah) pourquoi en serait-il autrement ?
      Si nous n’étions envahis que par ceux qui affichent ouvertement leur hostilité nous aurions moins de difficultés à nous faire entendre, et si l’invasion avait les formes historiques »classiques » tout les français s’y opposeraient.
      Comment faire comprendre à cette femme médecin que le petit momo qu’elle vaccine sera l’ennemi de ses propres enfants ?
      (Vous savez, parfois je me demande non pas comment les gens ne voient pas mais comment j’ai pu me mettre à voir !)

      • Obsédé Textuel dit :

        « Comment faire comprendre à cette femme médecin que le petit momo qu’elle vaccine sera l’ennemi de ses propres enfants ? »

        On ne fait pas boire une ânesse qui n’a pas soif…. de connaissance.
        Mais un jour la rubrique des faits divers nous apprendra qu’elle se sera fait égorger en fermant boutique nuitament.
        Un consultation qui aura mal tourné peut être ?
        Où elle aura été amené à aborder des sujets (contraception, pédophilie, violence faite aux femmes….) non conformes à la charia.
        Mais vous savez, je badine, je taquine…

        • dxdiag2 dit :

          Vous avez raison, mais ça va plutôt dans le sens de ce que je veux dire : seul le contact avec la racaille muz ou les barbus peut réveiller les français….les femmes « soumises » et leurs nourrissons s’interposent entre la réalité de l’immigration et les bien pensants.

      • shalkface dit :

        « (Vous savez, parfois je me demande non pas comment les gens ne voient pas mais comment j’ai pu me mettre à voir !) »

        Voient-ils réellement ? J’en doute de plus en plus… Éventuellement ils voient, mais à travers un prisme hilarant (cousin du gaz homonyme). Ce week-end lors d’un repas avec mes amis gauchistes, j’évoquais les 1300€ donnés chaque mois aux couples d’immigrés arrivant en France, n’ayant donc jamais cotisé… Je me disais là c’est quand même pas acceptable, quel que soit le bord politique… Eh bien si, les gauchistes sont même très contents de travailler et de cotiser pour ça !!!

        Peu de temps après, je parlais d’une vidéo du Libre Penseur (vous savez, le dentiste algérien – je me suis dit, comme c’est un algérien, ce qu’il dit trouvera peut-être un sens chez eux) une vidéo où il parle du nationalisme, et où il dit que « tout peuple qui n’est pas patriote, qui n’est pas nationaliste, est un peuple d’arriérés mentaux » Eh bien mes amis gauchistes se sont alors proclamés arriérés mentaux et fiers de l’être…

        J’ai beau savoir ce qu’est la gauchiasserie, et bien connaitre mes amis, là j’avoue ça m’a cloué ! Un tel reniement de la patrie, et une telle inversion des valeurs… Je ne sais pas quel est le mot au dessus de « incurable », mais voilà… Impossible de discuter bien sûr, et j’étais le nauséabond dans l’histoire.

        Ce week-end, je me suis dit c’est officiel, on est foutus.

        • Obsédé Textuel dit :

          « j’avoue ça m’a cloué  »

          Changez d’amis.
          Vous n’avez même pas remarqué qu’ils se sont foutu de vous !
          Tant qu’on regarde une vidéo – une parmi des centaines d’autres – on est au spectacle et rien de plus. C’est du virtuel ! Presqu’un jeu video !
          Ce sera différent le jour où ils seront confrontés physiquement.
          La solution:
          Changez d’amis, changez de domicile pour un endroit paisible à la campagne, la forêt, la montagne… Il y a l’eau, du ravitaillement, l’électricité et l’Internet partout maintenant ainsi. la vie en ville est devenue inutile. Même pour bosser.
          Mettez votre fric hors de la zone euro.
          C’est ce que j’ai fait.
          C’est bien mieux.

        • dxdiag2 dit :

          Vous ne pourrez jamais emmerder vos copains gauchistes en les menaçant au niveau du portefeuille ( soit ils pensent que ce sont les autres qui vont payer, soit ils se diront prêts à sacrifier leur pognon pour la cause) soit en vantant le nationalisme ( c’est caca et pis cétou)….la seule façon de les gêner, croyez en mon expérience est de leur parler de l’avenir de leurs propres enfants.
          Leur dire que si NOUS nous trompons, il ne se passera pas grand chose mais que si ILS se trompent leur descendance vivra l’enfer et que leur « prix Nobel de camaraderie » ne consolera pas leurs gosses: j’ai constaté que ça jetait carrément un froid .
          ça ne fonctionne pas, bien entendu (jamais vu un gauchiste dire « oui, finalement tu as raison »), mais ça les fait profondément chier : ça se voit dans leurs yeux.

          Je pense que c’est aussi difficile d’arrêter d’être bien-pensant que de fumer…

          Beaucoup de gens arrêtent lorsqu’ils ont un cancer du poumon (méthode OT 😆 )
          La plupart ont besoin d’une accumulation de raisons d’arrêter …c’est là que nous jouons un rôle je crois.

          • Pakounta dit :

            « Beaucoup de gens arrêtent lorsqu’ils ont un cancer du poumon »
            A ce stade, le plus souvent, c’est inutile. Hélas. L’espérance de vie du cancer du poumon est à peine de 5% à 5 ans, si je me rappelle bien.
            L’espérance de vie de notre monde est du même ordre de grandeur si nous n’opérons pas immédiatement le cancer invasif qui nous bouffe.
            J’ai pô le moral.

          • dxdiag2 dit :

            Moi non plus Pakounta.
            Heureusement certains m’envoient des trucs par mail, comme ça par exemple :

          • Pakounta dit :

            Problème : rien de ce qui concerne les Africains ne me fait rire. Voir les Africains, c’est voir le cancer qui va nous emporter. Ca ne me fait pas rire une seconde : je constate que les métastases se multiplient beaucoup, et que nos cons de médecins ne mettent en route aucun traitement…
            J’arrive plus à rire.

          • dxdiag2 dit :

            Je vois ça, et ça me désole…
            Surtout que vous savez vous même être si drôle.

    • Obsédé Textuel dit :

      « Mais nos diafoirus ne savent plus rien faire et la maladie tourne à la septicémie. »

      En effet nombre de ces jeunes médecins ne savent plus palper un abdomen pour établir un dignostic fiable. Ils ne font même pas se déshabiller leurs patients. Alors forcément le doute survient plus rapidement qu’avec leurs ainés.
      Du coup la porte est grande ouverte (avec le parapluie !) pour un déluge d’examens complémentaires fort couteux.
      Le trou de la sécu vient de là……aussi !

      • dxdiag2 dit :

        Ah ah ah , vous n’avez pas tort, MAIS : 1980, premier remplacement de mon mari chez un très vieux médecin de campagne. 1er patient à qui il demande bien entendu de retirer ses vêtements : « ah ben not docteur, lui, y sait prendre la tension par d’ssus not veste, lui, nous embête pas comme vous….pose pas tant de questions, rien qu’à nous voir il sait qu’est ce qu’on a « 

  2. Pangloss dit :

    Chateauroux?
    Chateauroux!

  3. NOURATIN dit :

    Chateauroux, l’Indre mystérieuse, comme disait ce grand anticipateur de Pierre Dac.
    La petite doctoresse doit vraisemblablement débuter dans le métier, dans quelques années elle aura sans doute une opinion radicalement différente…ou alors, elle est con à un point qu’on aurait peine à imaginer.
    Amitiés.

  4. Le portulan te ment dit :

    Savoureux, chère Dixie ! On comprendra mieux ainsi pourquoi l’éducation nationale a embauché des nénettes à tour de bras ces trente dernières années. Et on comprend un tout petit peu mieux pourquoi le commandant du Concordia s’est tiré de son mauvais pas avant les fameuses « femmes et enfants ».

    Du délire ! Il parait que le fascisme ne doit pas être combattu quand il a faim, quand il est au chômage et quand il est porté à bras le corps par des centaines de millions de personnes sans ressources, sans culture, sans instruction et surtout sans vergogne.

    Je ne résiste pas non plus à vous communiquer ce lien d’un article de pur plaisir. De la part d’un auteur plus kabyle.

  5. Le portulan te ment dit :

    Je m’aperçois que les balises de citation avant « du délire » et après « vergogne » n’ont pas fonctionné. Ça ne présage rien de bon 🙂

  6. grandpas dit :

    Alors là, je suis scandalisé, il s’agissait certainement d’ un cabinet médical de médecin sans frontières certes implanté à Châteauroux, c’est justement pour cela que Médecins sans frontières.

    Diantre, il faut bien que les docteurs parlent le même idiome que les malades, non mais!

    • dxdiag2 dit :

      Le fameux cabinet était à Franc-moisin dans le 93.
      Pour se mettre dans l’ambiance, quand on cherche le nom sur Google le premier truc qui apparait c’est un blog, celui de zizou :

      « Wesh ben la Ta vu t sur mon blog!! Ya tous ski me fait déliré, mais toi apres si tu kiffe pas, regarde en haut a droite ya une croix rouge »

  7. dxdiag2 dit :

    Temps de réaction, site collectif NOUVEAU et bientôt INCONTOURABLE ( Merci à Noix vomique ) :
    http://www.scoop.it/t/temps-de-reaction

  8. Armand Vilardier dit :

    Je pense que la différence entre eux et nous est leur capacité à être en désaccord profond avec eux-même sans que cela ne les dérange. Alors pour nous cela devient de plus en plus insupportable dans les cas soft. Et dans les cas hard c’est la nécessite presque de survie qui nous pousse à regarder la réalité en face.

    Le bobo ne voie pas et quand il voie interprète mais: (tout est véridique)
    -quand il déménage, bizarrement il redevient de droite pendant un court instant pour bien choisir le lieu et surtout pour éviter celui qui pourrait être dangereux. N’hésitant pas à être un peu nauséabond pour une fois suite à ma remarque acerbe « Alors, tu vas faire comme les facho et habiter chez les blancs, ou tu préfère la diversité ».
    -quand il met ses enfants à l’école, en général il fuit la diversité, « Ouais mais la c’est vraiment pas pareil » et « c’est vrai qu’il y a parfois des problèmes ». Connasse ! Alors pourquoi quand d’autres le disent tu les traites de fachos.
    -Il ne comprend pas en révolté – façon Bertrand Cantat – qu’il y ait des gens comme Sarkozy qui stigmatise en parlant de racaille. Mais quand il arrive vers une place réputée pour le deal tard le soir, vous dit: « ouais ça crains, c’est un peu racaille quand même, faisons un détour ! ».
    Le même, en arrivant dans le métro à paris me dit « C’est dingue le nombre d’étranger » la mine un peu abasourdie.
    Un autre de me dire en allant pour la première foi dans le métro parisien: « Il y avait une bande de noir, une dizaine, quand même s’il m’avaient demandé mon portefeuille, je l’aurais donné sans riposter »
    -Vous diffuse une vidéo de propagande de troisième zone sur le FN en cours de seconde au lieu de faire de l’anglais. Vidéo dans laquelle on voit des SkinHead tabasser un pauvre arabe tout innocent ALORS QUE en bas dans la cours de récré c’est visuellement l’inverse.Il y a même des élèves qui rentrent dans l’établissement avec des pitbulls. Avec comme conclusion que penser qu’il y a de la délinquance c’est avoir l’esprit FN, et que ça rentre bien dans la tête. Quand on lui demande pourquoi les profs ont leur parking réservé: « C’est pour éviter les dégradations, tu comprend ? ».

    Et puis, une fois la nécessité passée, une fois que tout va bien et que l’on en est sur, on retourne à notre gauchisme débile.

    Je me souviens d’une vidéo d’un journaliste qui était la caricature de ça. Grosso Modo, le bloc identitaire avait fait une manifestation à 4 ou 5 contre la violence qui régnait dans une banlieue voisine. Illico, le journaliste arrive pour faire un reportage sur les nouveau néo-nazi. Il va discuter avec plusieurs membre du BI. Ces derniers lui disent: « Eh, bien si il n’y a pas de problème, va faire ton reportage en banlieue ». Le journaliste répond que non, il a trop peur. ça veut dire que ce mec sait qu’il n’y a aucun problème avec les « néo-nazi » mais qu’il y en a avec les « jeunes-de-banlieue ». Mais il prétend l’inverse et n’en démord pas. C’est presque une maladie mentale. Au XIXè siècle on aurait qualifié ça des propos incohérents.

    C’est gens la n’arrivent pas à se remettre en question, ils n’essayent même pas. Mais quand la nécessité survient, ils changent un petit truc, genre il font gaffe a un quartier à éviter. La solution bancale à cour terme tenant, ils continuent dans leur confort comme avant. Je crois que ce qui définit la réacosphére c’est cette capacité à tirer les conséquences et à bouleverser la façon de penser pour réussir à penser de façon cohérente. C’est une voie, un chemin et cela explique ce que je disais à propos de ceux qui l’emprunte. Ils finissent sur les sujets fondamentaux à se ranger totalement avec nous. (Robert Menard, riposte laïque, …).


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s