L’amalgame, ça s’apprend.

vision floue

Savez vous qu’une personne devenue aveugle pendant la petite enfance, et qui soudainement et tardivement se verrait dotée d’un système optique parfaitement complet et fonctionnel ne verrait presque rien ?
Quand bien même son cerveau serait capable de transformer les influx nerveux en pixels de toutes couleurs, le pauvre nonvoyant-voyant ne pourrait distinguer aucune forme identifiable au milieu d’un ensemble flou de  tâches multicolores.
C’est que pour voir il faut tout d’abord savoir quoi, avoir une idée de ce que l’on regarde, faire du tri et surtout faire des amalgames : relier des morceaux entre eux, distinguer les choses les unes des autres parmi ce que l’on perçoit. Et cet apprentissage ne se fait pas en un jour.

Un exemple bien plus courant que cette histoire de cécité nous est donné par la lecture : là où sur une page de texte, l’illettré ne voit que traces de pates de mouches, le lecteur expérimenté identifie des mots entiers d’un coup (et ne pourrait même s’empêcher de reconnaitre ceux qui  lui sont  soumis, quand bien même il ne voudrait pas les lire).

Il en est de même pour bien des contemporains qui nous entourent et qui nous désespèrent en semblant ne rien voir des menaces que nous avons identifiées : ils ne savent pas déchiffrer les images que leurs sens leur permettent pourtant de voir, ne distinguent que des traces de pinceaux sur les panneaux sur lesquels nous lisons parfaitement  « ici, grand remplacement », et semblent se concentrer sur quelques taches en bordure de leur champ visuel là où nous voyons avec netteté la tiersmondisation violente et imbécile de notre pays.

C’est que l’amalgame, ça s’apprend !
C’est le principe de base qui permet d’associer graphèmes et phonèmes  pout lire les mots écrits, ou de relier les informations diverses et variées dont les médias nous mitraillent, en grosses unités qui veulent dire quelque chose (du genre  « alerte, alerte, dose maximale tolérable bientôt dépassée »).

C’est pourquoi j’invite tous mes lecteurs à la patience et au courage de la pédagogie.

Il faut apprendre aux gens gentils ordinaires à voir ce qu’ils regardent, et cela demande en général un peu de temps.
L’apprentissage est plus ou moins rapide, et il ne faut pas oublier que nos ennemis travaillant contre nous, passent leur temps à empêcher les GGO  d’avoir une vision correcte en occultant les images, ou en les brouillant volontairement.
Plus encore, ils leur répètent en boucle, qu’il est vilain de régler son focus, de faire la mise au point, interdit plus encore d’utiliser une loupe ou des jumelles, enfin que le flou artistique est l’avenir de l’humanité voyante.

Mais, avec de la patiente et de l’obstination, vous verrez que vos GGO finiront par apprendre à distinguer quelques formes, en espérant bien entendu qu’ils aient terminé leur apprentissage avant que les formes en question ne leur explosent à la figure.

L’excellente nouvelle est que l’on ne peut pas désapprendre volontairement.
J’ai en effet constaté qu’ il m’est aussi impossible de ne pas comprendre le mot « MERDE » lorsqu’il est écrit quelque part, et ce quelle qu’en soit la police de caractère, que de ne PAS remarquer les gens déguisés en musulmans, avec ou sans barbe, lorsque je me promène où que ce soit,  ou de ne pas voir incarnées les statistiques concernant la drépanocytose à chacun de mes séjours à Paris.

La route est à sens unique mes amis : nos troupes ne peuvent rétrécir…

Publicités

26 commentaires on “L’amalgame, ça s’apprend.”

  1. Belle métaphore superbement filée !

  2. Gas dit :

    Ne seriez-vous pas en train de parler de… discrimination ?

    Littré: http://littre.reverso.net/dictionnaire-francais

    discrimination
    nf (di-skri-mi-na-sion)

    Terme de psychologie employé par Bain. Faculté de discerner, de distinguer. « Ce changement d’état [par lequel la conscience passe d’une modification à une autre], c’est la discrimination, et c’est le fondement de notre intelligence ». [Ribot, Psychol. angl. p. 258]

  3. Jazzman dit :

    Youhou.

  4. Pangloss dit :

    Des expériences effectuées grâce à un tachistoscope ont montré que les mots les plus rapidement reconnus sont « Je vous aime ». Il y a de l’espoir!

  5. Pakounta dit :

    « nos troupes ne peuvent rétrécir… »
    Je suis tellement pessimiste que je ne peux pas m’empêcher de remarquer que, dans « nos » troupes, les seuls qui ont connu la France blanche sont VIEUX. Sans eux (comme sans les innombrables rescapés des camps toussa, heureusement plusieurs millions et toujours renouvelés) la mémoire s’éteindra et les jeunes vont considérer qu’il est normal de se faire couper le bout, de s’habiller en chemise de nuit, d’être laid, de puer l’harissa, de gueuler guttural et, pour les femmes, de s’habiller en poubelle et de se faire condamner à mort au nom de Lacharia (une grosse conne, celle-là) quand on s’est fait violer par une bande de connards gutturaux.

    • Le portulan te ment dit :

      Ne soyez pas si pessimiste, il y a encore de bons bouquins qui vont faire tourner les têtes !

      http://ring.fr/livre/livre.php/livre/la-france-orange-mecanique

      Pour commencer à saliverhttp://www.atlantico.fr/decryptage/insecurite-chiffres-bien-reels-violence-gratuite-en-pleine-explosion-laurent-oberton-599806.html?page=1

      • Pakounta dit :

        La France orange mécanique, ça sonne bien, en tout cas ! L’image m’est souvent venue : un vieux qui vit seul ne peut désormais que craindre l’irruption d’une bande de sauvages africains nord et sud, et c’est mon cas. Quand on voit ce qui se passe en Afrique du sud, une fois les sauvages mentalement libérés (et l’élection du fromage et de sa ministricule guyanaise a libéré les nôtres) on ne peut que craindre des horreurs. Aucun réseau, aucune structure. Et tous les jours ça arrive à « d’autres ». On sait maintenant que toute personne isolée, surtout âgée, est gravement exposée. Attendons l’effondrement du dollar, et ici c’est le chaos.
        Attendre le 17 ? Aura-t-on le temps ? Je suis très très pessimiste…

        • Mash dit :

          Hold on Pakounta!

        • carine005 dit :

          « Je suis très très pessimiste… »
          Mais c’est pas une raison pour ne pas lire les comms sur votre blog, de temps en temps !
          Aaaaaaaaaah mais !

          • Pakounta dit :

            Mais kèsskivoupran ? Je les lis, les coms, chez moi. Y’en a un toutes les 2 semaines, en gros. Les vôtres, je les ai vus depuis un bon gros moment. Mais kèsskevouvoulé que je réponde à des voeux ? D’autres voeux ? Merci ?
            J’ai pô le coeur à écrire, et je ne crois à rien, donc pas aux voeux et surtout pas à leur réalisation, je pense toujours à ceux qui sont morts dans l’année où on leur a souhaité le meilleur, et la santé, surtout;
            Mais merci d’avoir pensé à moi, gentiment.

      • dxdiag2 dit :

        Merci Portulan !
        Voilà enfin un bouquin que je serai contente de payer ( ce n’est pas si fréquent).
        Et puis c’est Xavier Raufer qui écrit la préface : c’est bien ça.

    • dxdiag2 dit :

      C’est vrai Pakounta, c’est une évolution possible : la pourriture lente. C’est le pire qui puisse arriver.
      Pour le moment cependant je n’y crois pas car il me semble probable que des événements intercurrents auront lieu, et qu’ils ne seront pas maitrisés par les élites.

      C’est sur cette attente que je cristallise mon relatif optimisme.
      De nombreux scénarios me semblent possibles, avec dans tous les cas un « coup de pied du réel » (comme dirait Hoplite) et ça, en général, ça a un effet de correction sur la vue floue.

      • Pakounta dit :

        Le problème, c’est qu’à mon avis les « zévénements zintercurrents » seront d’une violence épouvantable. Genre émeutes généralisées dans les territoires occupés et razzias chez les Blancs, quand l’effondrement économique et/ou financier fera qu’on ne peut plus entretenir 15 millions de merdes à chier dans les escaliers et à faire des croche-pattes aux grand-mères…
        Et je ne parle pas des conséquence directes de tout ça. Pessimiste, je vous dis… et Immensément triste de voir que mon pays a été tué, et que sa population est mourante, droguée à la tolérance : overdose.

        • dxdiag2 dit :

          Et si étaient importés dans l’hexagone des conflits qui ne nous concernent en rien ? on peut imaginer qu’ils régleraient leurs comptes entre eux.
          Et si, comme ce que je lis sur leurs sites me le suggère, les muz étaient encore plus agacés par l’umps, jamais assez traitre à leurs yeux, que par les gens comme nous ? Qui dira les ravages possibles d’un amour déçu ?
          Et si les gauchistes se déchiraient sur ce sujet ?
          Je ne dis pas que cela est certain, mais ça me semble tout de même possible.
          Quoi qu’il en soit il faut bien continuer notre combat de fourmis ( et essayer de se foutre de leur tronche ).
          ps: il faudra qu’un jour Carine et moi fassions une descente chez vous ! on vous fera boire 😀

          • Pakounta dit :

            J’aimerais bien, j’ai toujours adoré la compagnie des femmes ! Et comme vous êtes en plus rigolotes et intelligentes, c’est tout bon. Mais pour ce qui est de boire, c’est fini. J’ai eu une longue période d’excès, une sorte d’imbibition chronique sans jamais être bourré, et maintenant c’est tolérance zéro sous peine de complications : le vieux, on sait jamais où ça va lâcher, mais là y’a de l’usure…

          • dxdiag2 dit :

            Ok, alors on fera la fête au champony… 😉

  6. carine005 dit :

    Tu as tout à fait raison, faut apprendre à voir.
    Et une fois qu’on sait, c’est comme le vélo et le ski, on ne désapprend pas (hélas, onvadir, parce qu’il y a bien des fois où je préfèrerais voir flou, au figuré bien sûr)
    Mais faut pas s’étonner que les gens qui ont appris à lire avec la méthode globale et les maths avec la théorie des ensembles ne soient pas capable de voir ce qu’ils voient.

    Les opposants à la méthode syllabique disent « oué mais heuuu ! ils déchiffrent mais heuuuu ne comprennent pas heuuuuuu ce qu’ils heuuuuuu déchiffrent ».
    C’est tout le contraire: ceux de la méthode globale ne mettent pas de sens à ce qu’ils voient.
    Ou alors c’est pire : ils voient mais sont d’accord pour couler la France, au nom d’idéologies diversement toxiques.
    A mon avis, c’est la deuxième hypothèse la bonne.

    • dxdiag2 dit :

      On n’évitera jamais que certains ne comprennent pas ce qu’ils déchiffrent.
      Il y en a tant qui ne comprennent pas non plus ce qu’ils entendent^^ pourquoi s’étonner ? 😉

  7. René de Sévérac dit :

    Excellente analogie.
    Mais le « Grand Remplacement » se fait en un siècle et les individus ont le temps d’accommoder (de s’acclimater) d’autant plus que le « lavage de cerveau » est intense avec des slogans très convaincants (Ils paieront vos retraites, Ils sont la Chance pour la France, …).

    A titre de comparaison, songez que l’Eglise Catholique (à laquelle j’appartiens) n’avait que 15 mn de sermon hebdomadaire pour propager son idéologie, alors que l’idéologie droitdel’hommiste dispose d’une faisceau de media (j’allais écrire un « minaret ») puissant et permanent.
    D’où l’intérêt de l’internet.

    • dxdiag2 dit :

      Merci Réné.
      Oui, c’est un peu décourageant de comparer les moyens dont disposent les « amis du désastre »( comme les appelle R Camus) et les nôtres.
      Mieux vaut parfois ne pas y penser.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s