L’avis….des autres.

RDA

J’ai revu ces jours ci sur Arte le superbe film allemand :  « la vie des autres ».  
A sa sortie, en 2006 j’en avais déjà admiré le scénario et le jeu des acteurs, dont celui, exceptionnel de l’espion de la Stasi chargé d’espionner nuit et jour un auteur de théâtre et sa compagne, et qui au fil du temps s’humanise et se désaliène de la prison mentale dans laquelle il est enfermé et se complait pendant la première partie  du film.
A l’époque si j’avais particulièrement apprécié la qualité du spectacle, en dehors de l’émotion qu’avait pu déclencher en moi l’histoire particulière des personnages, j’étais restée étrangère au sujet.
Ce qui avait pu se passer en RDA au temps du communisme, la surveillance permanente à laquelle les citoyens d’Allemagne de l’est avaient été soumis, l’interdiction de parler contre le régime, l’interdiction de penser même contre lui, tout ceci me paraissait tellement lointain qu’il était impossible, me semblait-il, non seulement que je puisse être un jour personnellement concernée par une telle censure, mais qu’une démocratie puisse un jour tenter de reconstruire pareille chape de plomb.

Bien entendu, pour le moment, nul en France ne risque le cachot ou la torture pour délit d’opinion, et quelques éléments du film ne sont donc pas superposables à ce que nous vivons.
Il n’empêche, le fil conducteur du scénario pourrait facilement se décliner dans une version actuelle et très française, sans que l’on ait besoin d’y changer grand chose.
Un des personnages principaux, Georg Dreyman, est un auteur a succès dont les pièces de théâtre plaisent aussi bien au public qu’aux autorités.
Au moment où il est mis sur écoute, Dreyman est plutôt « bien pensant » à des yeux communistes,  et si quelques uns de ses amis sont critiques envers le gouvernement, on sent bien qu’il les apprécie malgré leur dissidence et non pas à cause d’elle.
Le réveil de l’auteur se fait essentiellement au moment où un metteur en scène de ses amis, désespéré d’être privé de travail en raison de son attitude critique envers le régime, met fin à ses jours.
Le geste de désespoir de cet ami finit d’ouvrir les yeux jusqu’alors à peine entrouverts de  Georg Dreyman. Le chagrin lui rendant dorénavant insupportable la politique de répression et de censure qui sévit en RDA, il décide d’accabler celle ci dans un pamphlet à destination d’un journal de l’ouest.
Surveillance permanente, délation, obligation d’utiliser certains mots et interdiction d’autres, soumission obligatoire, mise au placard pour une parole, une plaisanterie, une amitié, l’ambiance  est effroyable.

A la sortie du film, la presse s’est enthousiasmée, de façon unanime, et aucun critique n’a semblé gêné, bien au contraire, par cette dénonciation magistrale de la censure communiste.
Télérama, Le Monde, Libération, le Nouvel Observateur, tous ont trouvé ce film formidable.
Toute la presse, comme un seul homme, semble donc du même avis : censurer la parole, punir pour une simple blague, surveiller ceux qui sont soupçonnés de ne pas penser comme la doxa, briser les dissidents, ostraciser ceux qui ont une opinion différente de celle qui est imposée, tout ceci est inacceptable.
A ceci près  que l’ inacceptable réside presque exclusivement dans le fait que  la Stasi prend pour cible les dissidents communistes, dont la chasse est totalement passée de mode et que l’on vénère un peu partout pour le courage de leur résistance.
Télérama, Le Monde, le Nouvel observateur, tous s’indignent qu’un état ait voulu faire  taire par tous les moyens ceux qui émettaient des critiques,  car les critiques en question appartiennent à la catégorie des opinions correctes.
On peut leur faire confiance pour s’opposer à la  censure des idées qu’ils partagent, mais que penseraient-ils vraiment d’une Stasi qui chasserait aujourd’hui ceux dont les avis leur déplaisent ?
Sont-ils vraiment opposés aux méthodes dénoncées par ce film ? Certes non !
Ils semblent bien au contraire approuver qu’en France de nos jours, un auteur soit privé d’éditeur pour délit d’opinion, qu’un styliste perde son travail pour avoir proféré de simples paroles sous l’emprise de l’alcool, qu’un syndicaliste soit suspendu pour avoir adhéré à un parti qui déplait, qu’un journaliste aux opinions incorrectes soit privé d’antenne, qu’on soit ostracisé pour une simple plaisanterie etc etc.
Ils semblent bien approuver tous les  appels à la délation devenus ordinaires et ils applaudissent à l’ouverture de la chasse aux idées qui leur déplaisent et à toutes les tentatives d’identification de leurs auteurs en vue qu’ils soient punis.

Ah, mais me diront-ils, ces braves progressistes , cela n’a rien à voir avec la censure en Allemagne de l’est. Nous censurons, nous interdisons, nous chassons les pensées incorrectes, nous nous efforçons de détruire la vie des mal pensants, certes, mais il ne s’agit que de poursuivre inlassablement le MAL.
Le but est donc non seulement honorable mais tout à fait vertueux.

Et pourtant qui pourrait douter que bien des agents de la Stasi, aussi, pensaient chasser le mal en chassant les dissidents qui pouvaient par leurs actions ou leur simple parole, ralentir, freiner ou mettre à mal l’avènement du merveilleux monde socialiste.
Ils opprimaient, mais à regret, et pour le bien général.
N’était ce pas une  noble cause que  celle de la perfection communiste  à l’ égalitarisme parfait,  justifiant dictature et mise  à mort des libertés ?

Ah, mais nous diront-ils, cette fois ci c’est très différent.
Ce  projet merveilleux, ce monde au nom duquel ils nous font taire, parfaitement antiraciste parfaitement tolérant, cette fois, ils en sont sûrs, il s’agit de  la bonne, de la vraie, de la noble cause, la cause absolue qui justifie tout !
Qui justifie toute les censures, qui rend aimable la tiersmondisation et l’islamisation de nos pays, la violence  nouvelle de nos sociétés, qui rend souhaitable la mise en minorité des indigènes chez eux  et leur privation de liberté.

Si le gouvernement de RDA avait rendu les gens heureux, il n’aurait pas été besoin de les faire taire pour les empêcher de se plaindre.
Et nous ? Pourquoi donc avons nous quelque chose à redire.
Si ce monde parfaitement antiraciste parfaitement tolérant est si désirable, pourquoi craindre que nos paroles fassent autre chose que de se heurter à la satisfaction de tous ces gens épanouis sur la route du bonheur.
Quel mur craignent-ils que nous renversions ?

Enfin tant que nous le pourrons, nous parlerons.
Car si nous voulions bien n’être ni racistes ni intolérants, ce n’était certes pas  à leur prix !
Et nous n’en voulons plus, de leurs nobles causes, quelles qu’elles soient.
Nous voulons être libres.

Et nous ne sommes pas prêts de l’être.
Car imaginons ce qui serait advenu si, dans les pays du bloc de l’ouest, à l’époque où le parti communiste était puissant un peu partout, en travail parallèle à celui de la Stasi on avait voulu faire taire, au nom des droits de l’homme, de l’antistigmatisation, du respect de l’autre, tous les anticommunistes regroupés sous le terme quasi injurieux de communistophobe.

Publicités

95 commentaires on “L’avis….des autres.”

  1. Le portulan te ment dit :

    Chère Dixie, le petit livre orange à la couverture souple, dont il est dit qu’il est une des meilleures ventes sur à ma zone, dans son châpitre 8 (aux sources du mal), rappelle quelques données fondamentales sur les boucs émissaires, la spéciation, et la dominance réprouvée selon qu’elle atteint l’espèce ou non !
    La communistophobie acquise est un bien dont il s’agit de ne jamais faire repentance, au même titre que tout ce qui touche à la criminalisation des sous-socialisés.
    La frontière entr’hippopotames soumis aux règles et sous-socialisés-rhinocéros excusés d’avance par les rhino-moraux ne fluctue que par donées démographiques et donc démocratiques.
    Le beau nom de R.D.A disait déjà le marasme dans lequel une société ouverte fondait son déclin par la démocratie.
    La France n’est pas une démocratie républicaine, mais une république démocratique (et sociale et le reste…) dont l’article 3 de la constitution proclame :
    « La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum. ».
    74% du peuple se défie de l’islam qu’il juge incompatible avec les valeurs républicaines (ces 74% se défient autant du communisme). Que le magistrat suprême en prenne acte et
    soit laisse la place,
    soit agisse et légifère avec un cortège apte.

    Bien à vous

    • dxdiag2 dit :

      74% du peuple se défie de l’islam qu’il juge incompatible avec les valeurs républicaines,
      oui mais comme le dit ironiquement Jacques Etienne, les français pensent mal mais votent bien !

    • René de Sévérac dit :

      Il faudrait distinguer entre ce qu’osent penser les gens (faiblement) et …
      ce qui est supposé être le Bien (au sens de Ph. Muray).
      Le même Muray cite saint Paul (dans une interview de 2002) 2ème Épître à Timothée
      « (…) «Mais ils ne continueront pas toujours, car leur folie devient évidente à tous.»
      Leur folie, en effet, devient évidente à tous. »
      J’en suis de moins en moins sûr.
      Il n’y a qu’à considérer les informations relative à la marche pour la mariage pour tous.
      Quand je pense au million qui avons marché (sous le froid), ça fait tout de même chaud au coeur; et pourtant, on explique sur toutes les chaînes que « nous sommes homophobes ».

      Leur folie ne devient pas évidente à tous.

  2. Pangloss dit :

    Il n’y a rien à imaginer. On est dedans.

    • dxdiag2 dit :

      Nous sommes dedans, oui, mais le tir à vue sur les communistophobes dans le bloc de l’ouest reste à imaginer…ainsi que les conséquences qu’il aurait eu.

  3. Charles Robert dit :

    Si tout ce cirque chimérique est destiné à faire obstacle à la menace chinoise, il se pourrait que le remède soit plus préjudiciable que la maladie. C’est ce que je perçois au travers du brouillard de confusion, qu’est l’information.

    • dxdiag2 dit :

      C’est le problème qui reste à résoudre : la cause de nos malheurs. Et la dessus je ne suis pas totalement fixée, simplement ouverte à toutes les explications.

      • Pakounta dit :

        Si vous lisez Irish et ses commentateurs, vous commencez sans doute à avoir une petite idée…
        En tout cas, bravo pour ce texte. J’ai revu le film hier… c’est tellement copie conforme – juste un stade au-dessus – de ce qui nous arrive, que j’en suis resté coi. C’est bien d’avoir relevé la similitude des attitudes dans la conformitude…

        • dxdiag2 dit :

          Merci Pakounta.
          Oui, certes, et c’est d’autant plus intéressant pour moi que le Savant irlandais n’avait aucun a priori contre le lobby qui n’existe pas, au contraire même, et qu’il ne parait pas ravagé…ce qui n’est pas toujours le cas chez les gens qui pensent avoir tout décortiqué.

      • Pakounta dit :

        Pour savoir qui vous dirige vraiment, il vous suffit de regarder qui vous ne pouvez pas critiquer
        Voltaire

        • Obsédé Textuel dit :

          Très bonne citation, à retenir.

        • dxdiag2 dit :

          Oui, à retenir et à méditer.

        • Charles Robert dit :

          Vous n’êtes pas en train de me dire que c’est Christiane Taubira qui dirige ce pays ?
          Avec l’aide des syndicats ? Des islamistes ?
          Je pense que ceux qui nous dirigent ont lu Voltaire et sont depuis, plus difficiles à déceler.
          Mais je vous remercie pour cette citation, capable de semer une éclairante confusion chez les collabos pavloviens.

          • Pakounta dit :

            Non, pas Taubira. Rappelez-vous ce qui est arrivé à Renaud Camus pour avoir relevé que ceux qui participaient à une émission sur la culture française étaient tous élus. Dire, c’est pas bien. On ne doit pas parler de la direction générale, et surtout pas dire que c’est elle qui dirige.

          • Charles Robert dit :

            Bon ! Admettons que le lobby qui n’existe pas soit en fait LE lobby qui les gouverne tous.
            Gilles-William Goldnadel et d’autres ne seraient là que pour feindre une diversité d’opinion et de motivation au sein du peuple élu. Je ne suis sûr de rien, j’ai pris l’habitude de retomber sur mes pattes et je ne suis pas encore prêt pour un atterrissage sur le fondement (à cause de la luge). Plus sérieusement, je crains que cela fasse de moi un misanthrope à temps complet et mon malheur.

  4. Aristide dit :

    C’est une vieille histoire. Voltaire prétendait être prêt à se battre pour que les idées qu’il désapprouvait puissent être exprimées, mais il pourchassait impitoyablement de sa hargne et de sa vindicte ceux des « philosophes » qui ne partageaient pas ses opinions.
    Aujourd’hui les journalistes, les intellectuels, se gargarisent de la « liberté d’expression » mais… bref, vous m’avez compris.

    La vie des autres est l’un des meilleurs films de ces dix dernières années. Je ne sais pas si son auteur en a fait d’autres depuis.

  5. Paul-Emic dit :

    « nul en France ne risque la prison pour délit d’opinion »…
    tout dépend de l’opinion en fait

  6. hoplite dit :

    « nul en France ne risque la prison pour délit d’opinion »

    bien sûr que si, les lois dites « mémorielles » sont précisément là pour éviter absolument que certaines questions historiques soient débattues (non-sens en soi, l’histoire n’étant par définition que révision et reconsidération) et pour formater les masses à la doxa politiquement correcte…essayez une seconde de discuter de l’extermination des juifs d’europe durant ww2 ou bien de la traite triangulaire (en mettant en parallèle par exemple la longue tradition d’esclavagisme de peuples africains, la longue tradition esclavagiste musulmane/orientale ou la trés grande homogénéité ethnique -juive- des armateurs esclavagistes) et vous allez vous rendre trés vite compte que vous risquez bel et bien la prison pour délit d’opinion.

    sur le fond, bonne réflexion, dixie, sur la nature religieuse du politiquement correct: nous avons affaire à des croyants (avec le barnum répressif de toute religion) sous couvert d’esprit des Lumières, de rationalité et de logos…des Tartufes, rien d’autres. et Georg dans le film en est un autre: bien consensuel avant d’être touché personellement.

    • dxdiag2 dit :

      Tout à fait d’accord. Je me suis sans doute mal exprimée, j’ai écrit « nul ne risque le cachot  » , voulant dire par là qu’on n’allait pas nous faire disparaitre au fond d’un trou à l’isolement, sans procès, ce qui est le stade de plus du totalitarisme.
      Quand aux lois mémorielles, j’ai toujours été contre, ça m’a scandalisée dés le départ, même à l’époque ou je me sentais solidaire de toutes les pauvres victimes qu’on disait vouloir protéger avec ça.

  7. Jazzman dit :

    Vincent Reynouard est condamné le 8 novembre 2007 à un an de prison et 10 000 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Saverne (Bas-Rhin) pour contestation de crimes contre l’humanité. (Source Wikipédé)

  8. NOURATIN dit :

    Du temps de ma jeunesse, toute la Gauche marchait comme un seul homme avec les communiste derrière Moscou. Le communistes sont d’ailleurs toujours là à faire plus ou
    moins corps avec les socialo-écolos. Rien d’étonnant, somme toute à voir ce conglomérat d’ahuris continuer à imposer par la contrainte leur manière de voir les choses à travers des
    lunettes roses. Alors, quand ils dénoncent les méthodes de la Stasi, vous avez bien raison,
    ils ne voient que la paille dans l’oeil du voisin.
    Amitiés.

    • dxdiag2 dit :

      Les cocos ont un culot monstre, ( j’ai vu que l’humanité avait applaudit aussi à ce film !) Ils sont incroyables et ce qui l’est davantage c’est que les gens semblent oublier tout ce qui est dit d’une fois sur l’autre, ne pas remarquer les retournements.

  9. carine005 dit :

    Excellentissime billet !
    La fin justifie les moyens, dit-on.
    La chape de plomb visait à faire taire ceux qui ne voyaient pas dans ce régime les lendemains promis qui devaient chanter, envers et contre tous. C’est la même chose aujourd’hui, dans les mêmes lieux et un peu plus à l’ouest aussi.
    Ce ne sont pas les mêmes lendemains qui chantent, mais ils sont supposés chanter leur partition quand même… Donc, chape de plomb sur les réfractaires.

    Quant à la délation ! Il y a peu, on a vu sur l’étrange lucarne tout une émission qui dénonçait les Français qui, comme chacun sait, ont tellement dénoncé les Juifs pendant la Deuxième (je préfèrerais dire la Seconde, mais bon… l’avenir verra). Les Français ont dénoncé tout le monde n’est-ce pas ! Ils dénonçaient aussi les résistants, les profiteurs du marché noir, le voisin qui faisait trop de bruit, celui qui n’en faisait pas assez. Bref, nous sommes un peuple de délateurs. Qu’on se le dise et repentance et flagellation ! Ca, c’est le mauvais délateur.

    Mais attention ! Celui qui dénonce un site nauséabond ou un message trop catholique sur twitter, celui-là, c’est le bon délateur ! C’est même un délateur solidairement et citoyennement durable ! Et renouvelable, j’oubliais. On l’y appelle et on lui donnera un diplôme d’honneur, à ce bon délateur-là. En même temps ou juste après Florence Cassez. (Hors sujet ^^).

    Décidément, tout le monde se réfère aux inconnus, ces jours-ci 😆

  10. carine005 dit :

    Je parie qu’ils vont trouver 2 millions de manifestants aujourd’hui ^^

    • carine005 dit :

      Ah nan, même pas !
      mais c’est si peu important, les nombres de manifestants !
      La semaine dernière, c’était de la dernière importance, mais ça, c’était les mauvais manifestants.
      Cette semaine, ils étaient deux, mais on s’en fout, car ça, ce sont les bons manifestants.
      La qualité remplace la quantité.
      Que demande le bon peuple ?

      • Charles Robert dit :

        Vous confondez le bon et le mauvais manifestant.
        Le bon manifestant, lui, sort dans la rue et exprime un désaccord, alors que le mauvais manifestant se permet de sortir dans la rue pour exprimer son désaccord, c’est pourtant clair.

  11. Obsédé Textuel dit :

    Charles Robert: « -Bon ! Admettons que le lobby qui n’existe pas soit en fait LE lobby qui les gouverne tous.
    Gilles-William Goldnadel et d’autres ne seraient là que pour feindre une diversité d’opinion et de motivation au sein du peuple élu. »

    Il y a une autre explication.
    C’est cette différence entre Judaïsme orthodoxe et sionisme.

    • Charles Robert dit :

      Merci, pour cet éclairage que je n’aurais pu trouvé chez Soral, que je trouve imbuvable.
      Je pense tout de même que la vaste majorité des sionistes ne se prennent pas pour dieu. Mais je veux bien croire qu’un pouvoir immense puisse créer des monstres.

    • Robert Marchenoir dit :

      Mais quel grand malade !… Soral donne des leçons de religion aux Juifs, maintenant. Il leur explique quelle devrait être leur attitude envers Dieu. Après avoir été obsédé sexuel, communiste puis lepéniste, Alain Soral est maintenant un grand théologien. On ne sait pas trop de quelle religion, remarquez.

      La juive ? Non, tout de même pas… La chrétienne ? De la part de quelqu’un qui se filme en disant qu’il a « baisé la femme d’Untel », ça m’étonnerait. La musulmane ? C’est encore celle qui lui irait le mieux… La religion des aigris, des querelleurs et des envieux…

      Enfin on notera que d’après Soral, les Juifs devraient s’interdire d’avoir un pays. Pour Soral, apparemment, tout le monde a droit à un pays, sauf les Juifs. Mais à part ça, Soral n’est pas antisémite, et ce sont les Juifs qui accusent les autres de leurs vices.

      Bah oui, c’est un peu fini, ça, les Juifs qui attendaient que Dieu leur donne un pays en baissant la tête. On comprend que cela mette en fureur des cancrelats comme Soral. L’exemple-type du raté qui se prend pour un génie, et qui met ses échecs sur le dos des Juifs.

      Lesquels ont effectivement souvent tendance à réussir ce qu’ils entreprennent. On comprend que ce soit insupportable à un pauvre type de ce calibre.

      • Anton dit :

        D’un côté, un homme qui fait une fixette sur les juifs, mais qui est loin de ne dire que des conneries.
        De l’autre, un homme qui fait une fixette sur ceux qui font une fixette sur les juifs et qui est tout aussi loin de ne dire que des conneries.

        Il s’agit de deux patriotes, qui aiment leur pays, mais qui ne parviendront jamais à s’entendre pour le sauver.
        Entre eux, un mur infrachissable (et je ne parle pas de divergences idéologiques, politiques, économiques… Elles existent, mais que pèsent-elles à l’heure où notre pays se tiers-mondise et se trouve en voie d’être submergé démographiquement par l’islam): la question juive… pfff

        Faire le constat que, bah merde, on joue aux cons là! qu’on a plus que jamais le devoir d’unir nos forces, qu’on n’a pas dix ans devant nous pour sauver ce qui peut l’être, qu’il nous appartient historiquement, toutes générations confondues de faire fi de nos clivages et lutter de toutes nos forces pour défendre quelque chose qui nous dépasse; et qu’on n’y arrive pas, qu’on n’y arrivera jamais à ce train là, me plonge dans une détresse insondable.

        Merci, Dixie, pour vos billets.

        Par le comité Touche pas à mon pote lyrique

        • dxdiag2 dit :

          Merci pour vos remerciements Anton.

          « Faire fi de nos clivages » : oui, c’est d’ une importance extrême.
          C’est un peu pourquoi je ne parle pas souvent de certains sujets-qui-fâchent  » entre nous » .
          Nous engueuler pour savoir s’il y a simplement complot de la part d’un lobby ou si les logiques d’acteurs différentes conduisent par malheur dans la même direction mortifère, c’est perdre notre temps à mon avis. On n’est pas assez puissants pour s’attaquer à un lobby qui serait hyperpuissant, ni assez nombreux pour s’attaquer à tous les mini lobbies qui ont intérêt à ce que tout pourrisse ici car ils se nourrissent des détritus ou de tout ce qui gravite autour.
          Déjà bien beau si dans notre entourage nous arrivons à déconstruire un peu les mythes qui ont été enfoncés dans les cerveaux par la bien pensance, et à faire naitre un minimum de dissonance cognitive autour de nous.

    • dxdiag2 dit :

      Voilà un gars que je n’ai pas envie de suivre sur son terrain, et ce n’est pas parce qu’il est antisémite ( qu’on le soit ou non n’est PLUS mon problème dorénavant) mais parce qu’il est un peu délirant. Il n’est pas sot ni inculte, loin de la, mais tous ces gens qui pensent avoir trouvé LA grille de lecture, qui n’ont plus le moindre doute sur rien, m’inspirent la plus grande méfiance.
      Un mégalo peut avoir de bonnes intuitions de temps en temps mais gâche tout en pensant inventer une théorie générale…on connait déjà le principe dans d’autres domaines.
      La recherche de la vérité, comme la science, doit progresser à petits pas, en s’assurant que le terrain est solide avant d’avancer un pied plus loin…enfin ceci est mon avis ( c’est MA grille de lecture et je n’ai AUCUN doute la dessus !!!! 😉 )

      • Robert Marchenoir dit :

        Ca ne tient pas debout. Vous prétendez que l’anti-sémitisme n’est « plus votre problème », mais vous tenez un blog politique sur lequel s’expriment de nombreux antisémites. Etre pour ou contre les Juifs, c’est de la politique. L’anti-islamisme, ce serait « votre problème », mais l’anti-sémitisme, non ?

        • dxdiag2 dit :

          Pourquoi faudrait-il être prosémite ou antisémite ?
          Pourquoi faudrait il avoir une opinion tranchée pour ou contre les juifs ?

          Je ne me considère pas comme antisémite (mais je sais que pour certains ne pas vomir les antisémites, c’est déjà de l’antisémitisme ) : je l’ai déjà dit, je suis passée d’une attitude de soutien à une attitude d’indifférence.
          J’ai longtemps été une goy pro-israëlienne, parce que, comme le gosse de la vidéo de bourrage de crane sur les noirs, qui préférait les cowboys aux indiens , je disais  » ils sont comme nous  » …et aussi peut-être un peu par élitisme 😉
          Croyez vous que ça me fasse plaisir, alors que j’ai passé des années à défendre ce petit pays devant tous mes copains gauchistes qui ne parlaient que des pauvres nenfants palestiniens, de constater que tant d’ intellectuels juifs tiennent un double discours, incohérent, d’ouverture, de dissolution des identités pour nos pays et de protection de l’identité juive en Israël ! Cela m’insupporte.
          Croyez vous que ça m’ait fait plaisir qu’on me mette sous le nez la fameuse vidéo de Barbara Lerner ?

          Tout ceci ne m’a pas poussé à adhérer aux théories du complot ( essentiellement parce que je pense que c’est surestimer quelqu’un que de le croire responsable de tout !) ni a détester à priori toute personne juive, mais je ne vois pas au nom de quoi, de quelle « morale » je devrais faire la police de la pensée sur ce sujet là, et sur celui là seulement qui plus est.

          ps : par contre, les musulmeux sont mes ennemis j’en suis certaine : donc, oui, je suis islamophobe, si vous permettez.

      • Pakounta dit :

        Vous voyez, Dixie, c’est le signe de la qualité de votre blog : vous avez désormais votre nastiest uncle perso…

        • dxdiag2 dit :

          😆 😆 😆
          Mais figurez vous que parfois, je ne le trouve pas si mal ce NU. En tout cas Savant n’a pas accepté de le virer, ce que j’ai trouvé très bien de sa part car je suis contre la censure.

          • Pakounta dit :

            Bien sûr, qu’il n’est pas si mal. Mais il est à thème unique, dans ses interventions. Comme ici…
            C’est ça, le défaut. Dire oui mais faire non.
            Moi, je l’aurais viré, le nastiest. Je suis pas large d’esprit…

  12. Anton dit :

    Dixie,
    Bon, je débarque dans le «commentaire de blogs» avec toute ma naïveté, et avec une sensibilité dont je ferais bien de me départir, tant il semble évident que la plupart de ces questions ont du être battues et rebattues; et qu’elles doivent désormais appartenir au domaine de la «réalité froide», du constat lucide appelant une réponse purement stratégique et non émotionnelle. Dont acte.

    En réaction à votre réponse et aux propos de Marchenoir. Deux, trois choses (ou douze…), tout de même.
    Dénoncer le «double discours» que vous évoquez ou la sur-représentation et les pouvoirs excessifs d’une communauté (et des lobbies censés la représenter), alors que cette communauté ne représente pas 1% de la population, n’est pas de l’antisémitisme, bordel!
    Surtout lorsqu’on parvient au constat que les intérêts d’une extrême minorité peuvent être nuisibles à la majorité. A limite, cela rentre plus dans un discours anti-oligarchique pointant les limites de la représentation et de l’exercice démocratique. C’est tout.
    Sauter sur la moindre critique concernant un lobby pour traîter les gens d’antisémites, c’est de la fumisterie intellectuelle, rien de plus.

    Entretenir la division, dans notre camp, en fonctionnant de la sorte, c’est à dire en plaçant la question «pour ou contre les juifs» comme curseur fondamental d’appartenance à un camp ou à un autre, c’est se tirer une balle dans le pied. C’est lutter contre notre camp. C’est peut-être le but, finalement, de ceux qui jouent cette petite musique.
    Se targuer de moralité parce qu’on serait pour les juifs, et dénoncer à longueur de commentaires la bougnoulisation du pays (les bougnoules ne sont-ils pas un peu sémites, par ailleurs?), insulter les nègres, les fonctionnaires, quand ce n’est pas les français d’une manière générale, ça ne tient tout simplement pas debout. C’est de l’imposture morale.

    Ce sur quoi votre position, Dixie, est louable, car c’est la seule qui tient la route d’un point de vue stratégique. C’est la démographie qui, jusqu’ici, a écrit l’histoire. Ce sont les mouvements des peuples qui en composent les pricipaux chapîtres.
    Oui, on n’arrivera pas à batailler sur tous les fronts en même temps. C’est une évidence.
    La priorité des priorités, c’est que la démographie et la religion des «autres» n’écrive pas l’histoire de ce pays. C’est le combat (bouter l’islam et l’Afrique hors de France et d’Europe) vers lequel toutes nos énergies doivent aujourd’hui converger (en dépit de ceux qui s’évertuent à entretenir la division dans notre propre camp).
    Ce combat est légitime, c’est celui que mène tous les peuples qui ne veulent pas mourir.

    • dxdiag2 dit :

      Je ne sais pas si ma position est louable : c’est une position qui conduit parfois à l’isolement, dans la mesure où être à la fois « trop » et « pas assez », peut mécontenter tout le monde…mais bon j’essaie d’être aussi sincère que possible, et je ne peux pas à la fois choisir mon  » camp » chez les réacs et vouloir qu’il n’y en ait pas plusieurs.

    • Robert Marchenoir dit :

      « Dénoncer la sur-représentation d’une communauté (et des lobbies censés la représenter), alors que cette communauté ne représente pas 1% de la population, n’est pas de l’antisémitisme, bordel ! »

      Bien sûr que si. Ayez au moins le courage de vos opinions. Au nom de quoi serait-il inacceptable que les Juifs soient sur-représentés dans certaines fonctions ?

      • dxdiag2 dit :

        Ce qui est inacceptable, ce n’est pas que certaines personnes soient particulièrement représentées dans un domaine où un autre…. c’est qu’il soit interdit de remarquer la surreprésentation.
        Avez vous vu qu’il soit interdit de dire que les surdoués sont surreprésentés à polytechnique ou que les belles femmes sont surreprésentées dans le monde de la haute couture ? non !
        Les surreprésentations normales, logiques, consécutives à une adaptation particulière entre les « qualités » des gens et leur domaine de surreprésentation sont donc autorisées…étonnez vous donc qu’on se demande s’il y a un problème lorsqu’on n’a même pas le droit de poser une question sur le sujet.

        • Robert Marchenoir dit :

          Mais je suis tout à fait d’accord avec vous, Dixie.

          Je réclame qu’on ait le droit de dire que les Juifs sont tout à fait sur-représentés dans les catégories de la population où ils le sont, et en particulier dans celles qui sont dignes d’éloges : élèves qui réussissent à l’école, étudiants qui réussissent à l’université, entrepreneurs qui réussissent dans l’économie, médecins, savants, artistes, professeurs, intellectuels…

          Je réclame qu’on ait le droit de dire la vérité, à savoir que Hitler a exterminé les Juifs non parce qu’ils étaient une race inférieure, mais parce qu’ils sont une race supérieure : supérieurs en intelligence, en goût du travail, de l’effort et de l’étude, en vertus familiales, en capacité à se remettre en cause, en savoir, en créativité, en capacité d’adaptation, en esprit d’initative.

          Car c’est là la véritable raison de leur succès, et c’est bien pourquoi ils déchaînent la jalousie et la haine des médiocres et des ratés.

          Le plus piquant étant qu’après la Shoah, les Juifs se sont piégés eux-mêmes en s’interdisant d’évoquer ce que je viens de dire. En effet, mûs par la légitime revendication du « plus jamais ça », ils se sont faits les chantres de « l’anti-racisme », de « l’égalité » et de l’indifférenciation biologique des peuples.

          Revendiquant l’égalité de toutes les races afin de se protéger d’un retour de la persécution au nom de leur infériorité raciale supposée, ils se sont du même coup interdits de se prévaloir de leur supériorité raciale réelle.

          Par conséquent, ils laissent libre cours à l’ignorance et à l’envie : si tout le monde est égal en capacités et que les races n’existent pas, la sur-représentation des Juifs dans les « bonnes places » ne peut être dûe qu’à des manoeuvres malhonnêtes, à un complot juif mondial.

          Les Blancs anti-sémites qui se persuadent du complot juif font preuve des mêmes tares intellectuelles et morales que les Noirs qui sont persuadés qu’ils échouent à l’école (et dans la vie) en raison du racisme des Blancs à leur égard.

          Les Noirs aussi font l’impasse sur leur infériorité intellectuelle génétique vis-à-vis des Blancs, et sur leurs faiblesses de caractère qui, réunies, expliquent et rendent inévitable leur échec relatif : forte impulsivité, propension à la violence, tendance à préférer un plaisir immédiat à un bénéfice différé durable, fort instinct sexuel et faible instinct éducatif vis-à-vis de leurs enfants, etc.

          Les Noirs aussi pensent sincèrement qu’il y a un complot blanc à leur égard, un complot qui permet aux Blancs d’occuper toutes les « bonnes places », et qui s’emploie activement, et injustement, à les interdire aux Noirs.

          Et c’est incontestable : aux Etats-Unis, pays où l’on dispose de statistiques ethniques, il n’y a pratiquement aucun Noir parmi les pilotes de ligne, les unités d’élite de l’armée ou les neuro-chirurgiens. Il est tout à fait normal, légitime et juste que les Blancs soient sur-représentés dans ces métiers (et d’autres) : les Noirs n’ont tout simplement pas les qualités nécessaires pour les occuper.

          Les Noirs qui vivent en Occident sont, eux aussi, souvent anti-sémites. On peut les comprendre, tellement ils cumulent les handicaps. Mais pour des Blancs, plus favorisés par la biologie, par la culture et par l’histoire, l’anti-sémitisme est impardonnable.

          Les Blancs anti-sémites ont une mentalité de nègres. Il n’y a pas de quoi se vanter.

          • dxdiag2 dit :

            Mais bien sûr que les juifs sont intelligents et bosseurs et qu’ils constituent un groupe remarquable.
            C’est bien pour ça que j’ai toujours aimé et admiré les juifs 😉
            Mais, dommage, j’ai découvert qu’eux ne m’aimaient pas ! 😦
            Je considérais comme normal qu’en tant qu’élite ils raflent les places dans les grandes écoles et les prix Nobel.(la méritocratie, ça me plait)
            Dans les autres domaines ( médias entre autres) je ne me posais pas trop de questions sur leur surrepresentation, me disant qu’après tout s’ils se pistonnaient entre eux et étaient solidaires, c’était tant mieux pour eux.
            MAIS depuis que j’ai découvert que non seulement ils se donnaient la préférence mais qu’en plus ils réservaient une grande partie des places que nous goys arrivions encore jusqu’ici à prendre, pour les donner aux diversités visibles, n’est il pas naturel que je sois mécontente de leur attitude ?
            Quand cette façon de faire : privilégier les juifs parce qu’on est juif ET privilégier les diversités parce que le multiculturalisme c’est super, se GENERALISE , devons nous continuer à supporter ça ? Sommes nous condamnés à ça au nom d’Hitler ?
            C’est tout simplement inadmissible.
            Il faudra bientôt une étoile blanche pour repérer les quelques « gentiles » qui causent dans le poste : ne me dites pas que c’est parce que les juifs sont plus doués que les autres pour ce genre de boulot, aussi !
            Pourquoi des gens intelligents veulent -ils tellement nous pousser pour installer des gens plus cons que nous ? pourquoi ?

            Bref, j’admets volontiers que les juifs aient pu être détestés par jalousie, mais ce nouvel « antisémitisme » qui en effet prend de l’ampleur est d’une toute autre nature : c’est un sentiment de trahison.
            Maintenant si on n’ a pas non plus le droit de se sentir trahis par une partie de l’élite juive au nom de la shoah, c’est un GROS problème.

            ps: vous ne croyez tout de même pas qu’un type brillant comme Pakounta pourrait être jaloux du QI moyen des juifs ? enfin, Robert !

          • Paul-Emic dit :

            brillante réponse Dixie
            +1

          • carine005 dit :

            Bravo Dixie ! C’est exactement ça.
            On ne peut pas ne pas admirer les capacités des Juifs, tant en sciences qu’en musique.
            En même temps, il y a tellement de cooptation implicite dans les concours qu’on peut se demander aussi si la réussite éclatante dans tous les domaines est toujours méritée.
            Admettons qu’elle le soit le plus souvent.
            Mais les boulots médias ne demandent pas un QI au-dessus de la moyenne. Et la merde qu’ils nous servent ne légitime pas leur niveau si remarquable. Nous abrutir pour nous gouverner, ça, c’est fait, bien avancé même dans la décomposition.

            Cela dit, Robert dit juste quand il voit dans leur posture anti-raciste (hors de chez eux) et immigrationniste (toujours hors de chez eux) le souci de passer inaperçus, après la fameuse showa, bien entendu. Se fondre dans la masse en dissolvant les peuples européens et américains, c’est une stratégie. Et il y en a marre de ça, faut quand même qu’ils en prennent conscience !

            « Pour Soral, apparemment, tout le monde a droit à un pays, sauf les Juifs. » Mais si, puisqu’ils sont chez eux partout. Chez nous, c’est chez eux. Ils ont le pouvoir économique et politique. Ils participent via le personnel politique à la disparition de notre mode de vie, au même titre que les muzzs avec lesquels ils ont partie liée dans les assoces dites anti-racistes.
            Bizarre quand même que ce qui est à prôner chez nous soit impensable en Israel !

      • Anton dit :

        Et bien donnez vous la peine de lire les deux-trois choses que j’ai écrites juste après ce que vous citez et vous aurez peut-être un élément de réponse.
        Pour le reste, j’ai pas plus envie qu’un juif, un arabe, un noir, un inuit, ou un patagon aux pieds plats ait une quelconque influence dans mon pays, si j’estime que cette influence est contraire aux intérêts de ce pays. C’est pas plus compliqué que çà.
        Vous voulez discriminer les musulmans, les nègres, les bougnoules… (pour reprendre votre vocabulaire parfumé à la violette). Je discrimine juste un peu plus large que vous.
        Est-ce que je vous demande, moi, de rendre des comptes sur vos affinités communautaires?

  13. grandpas dit :

    De notre avis, ils s’en moquent, il suffit de regarder comment le blogueur de gouvernement traite ceux qui n’ont pas le même avis que lui, et ce type n’est rien, imaginez donc leurs caciques.

  14. Pakounta dit :

    Vous voyez, Dixie, le hasbara dans sa splendeur : « au nom de quoi » ? L’alouette qui se fait aussi grosse que le cheval, en somme, c’est normal. (C’est vrai qu’en pâté c’est meilleur :D)
    On est dans le nastiest. On peut pas. Moi, y’a plus d’un an que j’ai refusé d’entrer dans ce délire obsessionnel.

  15. Pakounta dit :

    Eh ben ce coup-ci, Dixie, avec le délire total de Bob Blackwalker, sa mauvaise foi agressive, ses mensonges permanents et sa logique folle, vous savez que vous avez touché le gros lot. Ce type est un danger public. C’est à cause de types comme lui que l’Occident va crever.
    Je trouve que les médias et la bloguitude universelle sont bien assez remplis de ce genre de délires poisseux : pas de ce mazout sur la roche claire des rares ilôts restés indemnes de pollution. Ca serait chez moi (dieu merci, je n’écris pratiquement plus) il serait viré sans autre forme de procès, sans discussion, sans avertissement. Et surtout sans regret.
    Bon courage.

  16. Robert Marchenoir dit :

    Vous voyez, Dixie, le hasbara dans sa splendeur : « au nom de quoi » ? (Pakounta)

    Merci, Pakounta, d’illustrer à merveille ce que je viens de dire sur l’infériorité intellectuelle et morale des anti-sémites.

    Ainsi, sous prétexte que je ne suis pas anti-sémite, il s’ensuivrait obligatoirement que je suis Juif. Eh bien je ne suis pas juif, figurez-vous.

    Mais, pour les anti-sémites que vous représentez à merveille (jusque dans leur caractère sournois et hypocrite, car vous dissimulez soigneusement la réalité et la virulence de votre anti-sémitisme, la plupart du temps), ne pas partager leurs convictions, c’est être juif.

    C’est déjà faire la preuve de sa faiblesse, sur le seul plan de la raison. Au lieu de réfléchir à ma question, qui est une question fondamentale, qui aurait pu vous ouvrir la porte à une importante remise en cause, et que je rappelle ici :

    « Au nom de quoi serait-il inacceptable que les Juifs soient sur-représentés dans certaines fonctions ? »

    Vous abandonnez toute prétention à l’intelligence pour m’accuser d’être un espion juif en mission.

    C’est aussi faire preuve d’une bassesse morale hélas commune, en insinuant que quelqu’un qui ne pense pas comme vous ne peut le faire que par intérêt personnel, parce qu’il est payé pour ce faire ou parce qu’il défend sa tribu.

    Si j’avais recours aux mêmes procédés que vous, je me demanderais tout haut si votre anti-sémitisme maladif ne serait pas, par hasard, lié au fait que les Juifs sont particulièrement sur-représentés dans votre profession, la profession médicale, et en particulier parmi ses représentants les plus éminents. Et ce depuis plusieurs siècles.

    • Charles Robert dit :

      Bien que vous soyez brillant, Robert Marchenoir(je le pense), j’ai toujours su que vous n’étiez pas juif(c’est rhétorique, c’est pas un vrai mensonge), car la capacité à se remettre en cause est une valeur importante chez nous.

      • carine005 dit :

        Exact ! L’humilité est une qualité que nous transformons en tare, tellement on nous habitue à nous excuser de demander pardon.
        C’est un truc acquis, les Gaulois ne devaient être particulièrement humbles.
        Notre humilité, les autres la prennent pour de la lâcheté.
        Faudrait voir à être moins humbles, nom de Zeus !

  17. Obsédé Textuel dit :

    Comme ritournelle de nos enfances il est fréquent d’entendre louer « les prodigieuses » capacités DES Juifs.
    J’en connais beaucoup, de braves gens bien sympathiques, sans richesse et sans pouvoir, qui ne se retrouve pas dans l’horreur de ce système mondialiste qui se prépare.
    Mais, avec aussi cette pleurnicherie atavique, tous ont plus ou moins ce complexe du roquet, sans cesse en mouvement même pour peu d’efficacité. Sans cesse se mettre en avant jusqu’à s’empêtrer dans le ridicule sans que le sourire goguenard et silencieusement charitable de l’assistance n’ébranle la lourdeur de leurs maladresses.
    Grosses bagouses, et chaines en or outrancières (parfois fausses !), manifestement ils ont le désir de paraître plus que leur condition d’homme ne leur permet.

    Un peu comme ces hommes chétifs, de petite taille, qui épousent invariablement des femmes bien trop grandes pour eux.

    Au détour d’une converstion ces Juifs-là ne vous feront jamais la grâce de nous épargner la litanie de leurs Grands Juifs nobélisés.
    Ils aiment les brandir en totem, une manière de tenter de capter un peu du rayonnement de ces célébrités pour réchauffer leur petits esprits.

    – Il faudrait un jour avoir la curiosité de se renseigner pour savoir de quelle manière est désigné le lauréat d’un prix nobel parmi tous les prétendants, surement aussi méritants, de chaque discipline scientifique.
    Mais au fond, c’est si peu de choses par rapport à la marche du monde.

    Alors, prodigieuses les capacités de ces hommes ?
    Ou plutôt pratique de l’entrisme et de la cooptation exclusive.

    Quoi qu’il en soit notre Vieille France s’est laissée séduire par le bagout de l’auto promotion et a confié toutes ses rênes de cette « élite ».
    Après tout pourquoi pas.
    S’ils sont les meilleurs il serait idiot pour un pays comme le notre de se priver de si belles compétences. Pourquoi des talents aussi magnifiques devraient-ils rester dans l’ombre ?
    Comment ignorer de tels visionnaires ?
    Puisqu’ils aiment le pouvoir confions-le leur. Il y va de la prospérité de la France.
    Alors…
    On a mis certains Juifs de réseaux à tous les leviers de commande.
    Et là qu’a t-on vu?
    Le déclin, l’abrutissement, la ruine, l’effondrement.
    Personne ne le niera, nous disposons d’un certain recul pour apprécier la situation.
    On reconnaît l’arbre à ses fruits.

    Alors de deux choses, l’une.
    – Ou bien la réputation de ces gens-là est très surfaite et ils ne méritent pas de noyauter l’appareil d’Etat où il se sont montrés inaptes à gouverner.

    – Ou bien cette bourgeoisie de connivence s’avère qualifiée et dans ce cas cela signifie que la destruction de notre pays est une action ourdie, réfléchie, concertée, planifiée au profit d’une puissance étrangère.
    Dans les deux cas il faudra les virer.
    Et ce jour-là si les Français, majoritaires, héritiers de la grande et ancienne civilisation léguée par les Rois de France veulent survivre, alors il y aura la guerre.

    De cela de nombreux Juifs de nos petits pays ont bien peur…..

  18. Marco Polo dit :

    Obsédé textuel a parfaitement raison, et Marchenoir est un grand (faux) naïf.
    La surreprésentation d’une catégorie de populaition serait normale, en effet, si le système fonctionnait de façon ouverte et libre, dans une ambiance de concurrence non faussée. Ainsi, ce serait vraiment les meilleurs qui obtiendraient les meilleures places.

    Il ne faut pourtant pas être un grand génie pour comprendre les systèmes de combine qui règnent dans les médias et toutes les institutions depuis toujours, même dans l’armée, où ce ne sont pas les compétences de Gamelin qui l’ont porté au sommet (sauf que dans l’armée, en temps de guerre, le jeu de la libre concurrence fonctionne vraiment, et qu’un Bigeard, parti de rien, a pu vraiment s’élever au sommet parce qu’il était le meilleur).

    Marchenoir fait comme si les cliques, les franc-maçonnerie, les coteries de toutes sortes, y compris à petit niveau (Rotary et Lion’s Club, etc) n’avaient pas justement pour rôle d’empêcher l’avènement des meilleurs au profit de ceux qui font partie du sérail.

    Quelle naïveté.

  19. Gato dit :

    Eh ben, ça chie par ici.

  20. dxdiag2 dit :

    Belle discussion ! Merci à tous les contributeurs. 😀

    Sur ce, je m’en vais revenir à « mes » muz dans un nouveau billet…sujet plus consensuel s’il en est.

  21. Obsédé Textuel dit :

    Un petit dernier pour la route ?
    Un automobiliste grille un feu rouge devant une école et il encourra les foudres du Gendarme. Mais si ce chauffard est juif, alors c’est le Gendarme qui devra s’excuser publiquement sous peine d’être condamné en Justice pour antisémitisme.
    Cette boutade est surement exagérée. Aujourd’hui oui.
    Mais demain ?
    Savez vous que c’est devenu extrêmement grave d’être antisémite ?
    Tuez, violez, escroquez et on vous trouvera quelques excuses. Une remise de peine, ou des repentances formulées en public pourront faciliter votre rédemption.
    Mais sachez-le, n’importe quel couillon à bout d’argument peut vous faire bannir à jamais du genre humain s’il lui prend la lubie de vous taxer de racisme antisémite.
    Faites bien attention avec qui vous discutez braves gens !
    On marche dans le noir, sur des œufs !
    Fouquier Tinville est revenu !

    « Cette France moisie » Sollers, « la civilisation française n’existe pas » Attali, BHL…. Quelle est donc cette vindicte sans fin, cette haine farouche de certains Juifs médiatiques qui régulièrement perdent leur contrôle et s’arrogent le droit d’injurier ce peuple débonnaire et tolérant, ces Français d’autres confessions tout en profitant de leurs impôts ?

    Que peut bien cacher cette hargne ?

    Que manque t-il de fondamental à certains Juifs pour qu’ils en arrivent à dénigrer méchamment nos propres lignages ancestraux ?

    Pourquoi émettre des critiques sur leur comportement, leur mentalité serait-il plus grave et condamnable que s’ils s’agissait de Corses, de Picards ou de Savoyards ?

    En effet il y a quelque chose de louche dans l’antisémitisme. Il flotte un tenace parfum d’arnaque. Creusons plus loin, cherchons et trouvons quelques menues bricoles… pour rire bien entendu.
    Veuillez pardonner la longueur mais vous ne regretterez pas d’aller jusqu’au bout.
    Voici un sujet qui devrait remettre au clair la question liée à l’antisémitisme:

    Les Juifs sont ils tous des sémites ?
    La population juive dans le monde comporte deux communautés bien distinctes : les Séfarades et les Ashkénazes. Les Séfarades sont les juifs originaires du Moyen-Orient qui ont émigré à une époque ou une autre de l’histoire vers d’autres pays. Ce sont les descendants d’Isaac par Jacob dont les douze enfants ont formé les douze tribus d’Israël. Les Séfarades ressemblent comme deux gouttes d’eau à leurs cousins arabes. Ils sont aujourd’hui minoritaires puisqu’ils constituent les 1/10 environ de la population juive recensée dans le monde.
    Quant aux juifs ashkénazes, ils sont originaires de l’extrémité nord orientale de l’Europe et ne sont, de ce fait, ni les descendants d’Abraham ni de Jacob. Ils constituent ce que Arthur Kessler appelle « la treizième tribu ».
    Ce sont les descendants des Ouïgours, des Magyars, des Huns, des Bachires, des Petchenegues, des Tarmiaks et autres tribus appelées aussi les Gogs et Magogs qui peuplaient les vastes plaines situées entre la Volga et le Caucase. Les historiens ont divisé ces peuplades en deux groupes : les Khazars, blonds et les Kara Khazars bruns.

    Christian Druthnar d’Aquitaine, moine de Westphalie, écrivait en l’an 800 : « Il existe sous le ciel, dans des régions où ne se trouvent pas de chrétiens, des peuples dont le nom est Gog et Magog et qui sont des Huns. Parmi eux, il y a les Khazari qui sont circoncis et observent le judaïsme dans son entièreté. »
    Ces faits furent confirmés un siècle plus tard, en 951, par un certain Ibn Fadhlan, secrétaire d’ambassade. Ce diplomate raconte, dans ses notes de voyage, les péripéties vécues par la délégation dirigée par l’ambassadeur Hassan Er Rassi, chargé par le khalifa El Mouqtadir, de convaincre les Saqaliba (Slaves) d’avoir à traiter directement avec le khalifa, sans passer par l’intermédiaire Khazar judaïsé, dont le royaume était le vassal de Byzance.

    Cette conversion des peuples khazars au judaïsme s’explique par le fait que la Khazarie fut, durant de nombreux siècles, une terre d’accueil et d’asile pour les rabbins juifs qui fuyaient les persécutions de Byzance. Leur prosélytisme eut du succès tant auprès du roi des Khazars et de sa cour que de la population du royaume. Voila donc ce que disent les historiens sur l’origine des juifs ashkénazes.

    Il est bien évident que l’évocation de cette origine non sémite des Ashkénazes n’est pas faite pour leur plaire. D’abord, parce qu’elle leur ôte toute auréole de « sainteté » puisqu’elle confirme que ce sont des juifs convertis, non descendants des douze tribus d’Israël dont fait mention la Bible.
    De plus, elle enlève à cette communauté toute justification biblique à l’occupation de la terre d’Israël dont ils se targuent souvent.
    Cela est d’autant plus dérangeant que les Ashkénazes représentent les 9/10 aussi bien de la population juive mondiale, estimée en 2002 à 12,5 millions d’habitants, que de celle de l’État d’Israël.
    Il est donc bien aisé de comprendre pourquoi l’étude du professeur Abraham Poliak, titulaire de la chaire d’histoire à l’université de Tel-Aviv, intitulée La conversion des Khazars au judaïsme (1941), fut accueillie avec beaucoup d’hostilité par la communauté ashkénaze. Son essai démolissait la « tradition sacrée » faisant remonter tous les juifs modernes aux 12 tribus bibliques d’Israël.
    En représailles, son nom fut supprimé de l’Encyclopedia Judaïca édition 1971-1972, c’est dire !

    Aujourd’hui, les Ashkénazes qu’Arthur Kessler classe dans son ouvrage dans la catégorie des « Aryens », du fait de leur origine européenne établie, ont pris la place des Arabes « sémites » que l’on a « déporté » dans une autre catégorie raciale non encore définie et où figurent les peuples noirs et autres teints basanés.
    L’appropriation de la « race sémite » s’est faite de la même manière que celle de la Palestine, avec la bénédiction, consciente et parfois inconsciente, d’une bonne partie de l’intelligentsia occidentale.
    Ce n’est donc pas par hasard si le législateur français n’est pas entré dans le jeu malsain de la classification des hommes en races, ajoutant intelligemment la formule « en raison de l’appartenance ou de la non-appartenance, vraie ou supposée… à une race »…

    • dxdiag2 dit :

      Bon sang OT, on va finir par être obligés d’en savoir plus sur tous ces élus ( et sur tous les muz) qu’on en sait sur nous mêmes. 😉
      Quand je pense que rien de tout cela ne m’intéressait d’aucune façon et que je m’en portais fort bien !

  22. Jazzman dit :

    Si on repart pour un tour, je réenfourche mon dada: le plagiaire Einstein.
    Plus on en sait sur lui, plus on découvre qu’il n’a fait que du plagiat toute sa vie.
    On peut maintenant avoir accès à beaucoup de documents originaux numérisés et se faire sa propre idée sur notamment Poincaré qui gagne à être connu.
    Par exemple Einstein a plagié un thésard de Poincaré, Louis Bachelier:
    http://econoclaste.org.free.fr/dotclear/index.php/?2010/10/16/1748-benoit-mandelbrot-et-l-histoire-de-la-finance
    Le lobby essaie donc de ne pas trop attirer l’attention sur les travaux d’Einstein car cela se révéle contreproductif si les gens se renseignent.
    Il y a donc un nouveau courant qui essaie de faire passer Einstein pour un précuseur de la physique quantique:
    http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2012/10/serge-haroche-prix-nobel-de-physique-2012.html
    On notera que Serge Haroche, qui est le sujet de l’article et supposé connaître un peu l’histoire de sa discipline, n’a pas protesté. Normal, il en est lui aussi.

    • Obsédé Textuel dit :

      Intéressant votre sujet Jazzman.
      Nous ne pourrons que remarquer un détail.
      Oh vraiment tout petit !
      Des Juifs vivent dans de nombreux pays du monde. Pourtant ceux titrés d’un prix nobel sont tous ressortissant des pays d’Europe de l’ouest ou des USA.
      Celà veut dire que ces hommes illustres n’ont pu développer leurs aptitudes qu’au sein de sociétés libres créées par des non Juifs, et des structures universitaires de pointe financées par des non Juifs.
      Il va sans dire que les Juifs vivant dans ces pays libres, de part leur activité, contribuent à l’entretien de ces pôles de connaissance, mais seulement au prorata de leur nombre dans la population du pays concerné (- de 1% en France).

      Ceci pour remettre certaines pendules à l’heure.

  23. Jazzman dit :

    Si vous vouliez remettre les pendules à l’heure, vous auriez pu ajouter que la majorité de ces prix Nobel sont bidons car ils ne récompensent pas de vrais innovateurs mais simplement d’habiles faiseurs, parfois même d’ignobles tricheurs…

  24. Jazzman dit :

    Dixie se souvient certainement que lorsqu’on avait parlé des plagiats d’Einstein sur son ancien blog, la fine fleur des trolls atlanto-sionistes était intervenue, Marchenoir en tête et Didier Goux en queue de peloton.
    Là rien, parce que maintenant le mot d’ordre a changé.
    Il faut dire que le cas du plagiat de Louis Bachelier est ennuyeux, parce que c’est une thèse dirigée par Poincaré et qu’Einstein a toujours prétendu qu’il ne connaissais pas les travaux de Poincaré qu’il est accusé d’avoir plagié pour la relativité restreinte.

  25. Jazzman dit :

    Oui, il devient de plus en plus difficile de cacher que la réalité est plus du côté de Lorentz que de l’interprétation qu’en a fait Einstein:
    http://metaresearch.org/cosmology/gps-relativity.asp
    Donc on en parle le moins possible, on présente Einstein comme un des précurseurs de la physique quantique et on cite des petites phrases pleines de visions d’avenir et de sagesse qu’il aurait prononcées.
    En tentant de faire oublier d’autres citations comme:

    There is not the slightest indication that [nuclear energy] will ever be obtainable. It would mean that the atom would have to be shattered at will.
    Sourced
    “Atom Energy Hope is Spiked By Einstein / Efforts at Loosing Vast Force is Called Fruitless,” Pittsburgh Post-Gazette (29 December 1934) It was following the breakthroughs by Enrico Fermi and others did the use of nuclear power become plausible.

  26. Jazzman dit :

    Quand on l’accusait de plagiat, Einstein avait une ligne de défense qu’on pourrait résumer ainsi:
    Il est possible que mes équations se retrouvent dans des travaux antérieurs que je ne connaissais pas, mais ça n’a aucune importance car c’est mon interprétation de ces équations qui est nouvelle.
    En fait Poincaré disait par exemple que plusieurs interprétations étaient possible, mais qu’il était trop tôt pour trancher.
    Einstein tranchera et dira que c’est en cela que consistait son génie. Il semble plutôt qu’il ait fait pile ou face et qu’il ait perdu, dirigeant ainsi la recherche en physique générale vers une voie de garage avec évidemment le soutien de qui vous savez. Ce qui fait qu’on n’en est pas encore sorti.

    • dxdiag2 dit :

      Je vois que c’est un sujet qui vous touche particulièrement.
      De mon coté je suis trop incompétente pour étudier cela de près…mais je crois volontiers qu’on a pu nous tromper sur celui là comme on l’a fait sur Freud…dont les méfaits concernent davantage mon domaine d’activité.

  27. Jazzman dit :

    Le sujet me tient à coeur parce que je me suis rendu compte de l’effet néfaste que la défense de ces bobards ont sur la recherche en physique générale depuis un siècle. Et ça ils s’en foutent, c’est ce qui me met hors de moi.
    On voit bien que finalement ils savent parfaitement que tout ce qu’ils racontent c’est du pipeau, puisque lorsqu’on leur donne l’ordre de changer de partition, ils le font immédiatement et sans état d’âme.
    Pour Freud je compatis, je ne peux pas faire plus…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s