Est ce que tu pues toi ?

putois

Quelle histoire horrible que celle de ces pauvres qui puaient tant, qu’ils ont été expulsés du musée d’Orsay.
C’est une histoire de notre temps, une bien belle histoire de discrimination comme on les aime, avec un casting quasiment parfait :
Ainsi, dans le rôle des pauvres qu’il faut bien plaindre, on nous fournit  une famille de pauvres qu’il faut bien plaindre et qui puent.
Dans le rôle du héros qu’il faut admirer, on nous présente un membre actif du mouvement ATD quart monde (dont on doit reconnaitre que l’acronyme d’Agir Tous pour la Dignité, et qui s’entend un peu comme « j’va t’aider » est une jolie trouvaille ).
Dans le rôle du bras armé des méchants : les vigiles du musée (dont il serait malséant et nauséabond de demander l’origine ethnique)  et dont on nous assure  qu’ils n’auraient fait que croire bien faire en repoussant les éléments-à-odeurs pour leur éviter la confrontation avec les éléments-à-nez.
Dans le rôle des méchants : les gens gênés par les odeurs, qui se sont plaint parait-il et dont on ne saura rien, et qui pourraient bien être à la fois blancs et bourgeois ( ou japonais, mais de cela on se moque comme de l’an quarante).
La chose est sûre : si des visiteurs ont été gênés il ne pouvait s’agir d’arabes : si vous m’en trouvez dans une salle de musée ordinaire où l’on n’expose rien qui soit en rapport avec les arts de l’islam,  revenez donc m’en parler.

Cette histoire de discrimination permet aux internautes de s’écharper : les uns , probablement de droite, estimant que l’on peut sentir le propre même en étant  pauvre et que les pauvres sont donc priés de faire un peu attention, les autres, sans doute de gauche, estimant qu’il est scandaleux que des « riches »  (forcément) osent se dire gênés par une odeur, s’indignant à la limite tout simplement qu’un bourgeois ose encore l’ouvrir, en 2012, du temps du règne de Hollande, on aura tout vu !
Ainsi pour les uns, les coupables sont les pauvres : « qu’ils  se lavent !, » et pour les autres, les riches  : « qu’ils  se taisent !  »
Je n’ai trouvé personne pour réclamer la tête (symboliquement, s’entend, nous ne sommes  pas des monstres), du  bénévole de l’association, qui  pourtant me semble être le vrai responsable dans cette horrible affaire.

En effet, à moins que monsieur le  bénévole ne soit totalement anosmique, la puanteur de l’ échantillon qu’il  avait choisit de cultiver à Orsay n’avait pas pu lui échapper.
Or, pour avoir fréquenté de près, de très près, de très nombreux pauvres, je peux vous confirmer que l’on peut être pauvre et ne pas puer, mais qu’aussi certains puent, et sacrément.
Je soupçonne donc, ce bénévole, d’avoir sciemment, délibérément,  choisit une famille pauvre-odorante susceptible de se faire repérer, alors qu’il avait probablement à sa disposition une bonne quantité  de pauvres sans odeur particulière, qui n’auraient même pas été remarqués.
Espérait-il un vrai scandale dans la lumière duquel se baigner, imaginait-il le plaisir de voir se retourner sur lui des « riches » un peu honteux de leur propre gène , voulait-il tout simplement  « faire chier le bourgeois » ?
Quoi qu’il en soit, monsieur le bénévole, dans sa grande bonté, n’avait pas choisit d’être discret, ni visiblement de prévenir toute situation d’humiliation de ses « protégés » en anticipant, bien au contraire.
Promener exprès des gens sentant mauvais dans des lieux où il est d’usage que l’on ne sente à peu près rien et surtout pas l’égout, déclencher ainsi un incident, se draper ensuite dans l’indignation d’un pseudo résistant avec un « on me passera plutôt sur le corps que de m’empêcher de faire accéder mes putois amis pauvres aux mystères eternels de l’Aaaaaart !  » afin de faire pourrir davantage  encore une situation déjà pénible pour tout le monde …voilà à mon avis une attitude bien dégueulasse et qui pue.

Les turpitudes gauchistes n’ont pas de limite.

 

Publicités

42 commentaires on “Est ce que tu pues toi ?”

  1. grandpas dit :

    Comme tous les vieux, il y a bien longtemps que je n’ai plus le sang qui bout mais par contre j’ai le bout qui sent.

    Oui, je sais ,je sors

    Mais j’insiste quand même, certains individus puent tellement de la gueule qu’on a l’impression qu’ils défèquent par la bouche, si,si!

    Et puis, il y a les réacs qui sont aussi nauséabonds.

    • dxdiag2 dit :

      😀 Grandpas, faites toutes les blagues que vous voulez, mais je vous en conjure, arrêtez de dire que vous êtes vieux…parce que, vous comprenez, je le suis plus (encore) que vous, alors, du coup, je me sens encore moins jeune que d’habitude.

  2. Pangloss dit :

    Dans un commentaire chez Tartie (http://tartie.over-blog.com/), j’ai dit à peu près la même chose. En moins bien.

    • NOURATIN dit :

      Chouette! Je m’étais fait la même réflexion, l’affreux connard d’ATD Quart de brie aurait peut être pu penser à leur filer un douche avant de les emmener goûter les joies ineffables de la culture.
      Non, bien sûr! C’est un piège grossier dans lequel la bien-pensance tombe avec délectation, comme d’habitude.
      Amitiés.

    • dxdiag2 dit :

      Ah Oui ! Pangloss, Très bien dit : « utiliser des malheureux dans leur jus pour faire de la provocation », c’est tout à fait ça.

  3. Cretinus Alpestris dit :

    Dans un univers où régnerait encore le bon sens, tout le monde comprendrait que l’hygiène passe avant la culture.

    Mais pas en France où les priorités sont inversées… quand il existe encore de priorités.

    N’importe quelle personne, dotée de bon sens donc, aurait commencé à expliquer et aurait fait appliquer les mesures élémentaires d’hygiène à cette famille

    A quoi bon qu’un pauvre hère puisse admirer les Nymphéas s’il crève deux jours plus tard d’une infection ?

    • dxdiag2 dit :

      L’hygiène passe avant la culture !
      Nan mais attendez, dans ces cas là on pourrait aussi dire que la sécurité passe avant la lutte contre les contrôles au facies, que la préservation d’un état laïc passe avant la tolérance envers l’islam, que la liberté passe avant l’égalitarisme….bref, vous voyez, ça peut aller loin 😉

  4. Ricoxy dit :

     
    Morale de l’histoire : « L’argent n’a pas d’odeur … mais la pauvreté est puante ».
     

    • Ricoxy dit :

      Remarquez : dans un avion ou un taxi, le pilote a le droit de vous débarquer si vous sentez mauvais. Rien là que de très normal, et même légal.

      • Ricoxy dit :

        (ter) Et dans le métro, où les gens puent à qui pire pire ? Faut-il débarquer les voyageurs puants ?

        • dxdiag2 dit :

          Il me semble qu’en entrant dans un musée, comme d’ailleurs dans une bibliothèque, on s’engage implicitement à avoir un comportement discret à tout point de vue. Il est donc légitime qu’on puisse se plaindre des odeurs, comme du bruit, ou de quoi que ce soit qui puisse détourner notre attention de ce qu’on vient chercher dans de tels lieux.

          Il m’apparait plus discutable de vouloir faire virer quelqu’un qui puerait ou serait bruyant dans le métro …comme ça, à priori, mais je pense que ça se discute.

          • ricoxy dit :

            Cela fait partie des « nuisances ». Il y avait le délit de gueule, il y a le délit de puanteur.

            D’autre part, je vous trouve bien indulgente envers ce l’on appelle maintenant des « œuvres d’art » (art contemporain), qui ne sont que les fantasmes, que le vomi des quelques hurluberlus. Je parle, bien sûr, d’« art » contemporain. Car l’art aussi peut être « puant ».

            Tout cela rappelle cette phrase écrite (déjà !) par le critique musical Edouard Hanslick à propos du Concerto pour violon de Tchaïkovsky : « On peut maintenant parler de musique puante ».

             

          • dxdiag2 dit :

            Indulgente ? moi ? mais où avez vous vu ça Ricoxy ?

  5. Charles Robert dit :

    Je n’avais pas d’opinion concernant le traitement intrinsèque de ce fait d’hiver, la votre étant pleine de bon sens comme à l’accoutumé, la voici clonée.
    Dans le contexte, cela donne des gens qui font sortir des individus parce qu’ils puent, alors que d’autres doivent cohabiter avec ceux qui veulent leur peau, sans moufeter.
    Mais je suis agréablement surpris que personne n’ait pris ce « happening » pour de l’art contemporain.

  6. Cretinus Alpestris dit :

    Au fait, vous savez pourquoi les pauvres font de bons gardiens de but ?

    Parce qu’ils dégagent des deux pieds.

  7. Aristide dit :

    On devrait enfermer ce « bénévole » pendant quelques heures dans un wagon de métro avec quelques clodos bien faits, histoire de lui apprendre la vie.
    http://www.monsieur-le-chien.fr/index.php?planche=558

    • dxdiag2 dit :

      😆 ce monsieur chien est une mine.

      J’ai connu, et je peux confirmer que c’est assez intenable. 😦
      Par contre le terme que l’on utilisait à l’hôpital pour désigner l’état de ces pauvres hères était joli : « incurie »

      ps: c’est sympa de passer avant de partir aux sports d’hiver ( réponse 3 et c’est mon dernier mot).

  8. sylvestred19 dit :

    DU LEEHARDMER OU J’FAIS UN MALHEUR :

    Il y a quelques temps de cela, un disciple d’Archimède ( donnez moi un point d’appui et je soulèverais le monde ), écorché vif face aux caméra , las de poursuivre une hypothétique carrière d’éternel jeune premier du cinéma français avait réussi a sortir de l’anonymat en instrumentalisant la misère des SDF par le biais d’une association dénommée les Don Quichotte.
    IL est aujourd’hui un élu apaisé du parti EELV, a retrouvé son calme à la télévision et désormais, se fiche complètement des SDF qu’il avait planté dans des tentes au bord du canal de l’Ourcq ( donnez moi des clochards comme point d’appui et je m’élèverais socialement).
    Parions que notre nouveau montreur d’ours tiendra les siens en cage lorsque on lui aura donné le fromage qu’il convoite,;à savoir un poste payé avec l’argent des contribuables ou il n’a rien à faire.

  9. grandpas dit :

    Comme vous êtes tous sympathiques, voici un petit gars extrêmement beau gosse.

  10. grandpas dit :

    Un peu hors sujet mais c’est en réponse à un intervenant qui évoquait le mot cortex et j’ai pensé à ce petit bijou d’animation.

    Délirant au possible

  11. Sisyphe dit :

    L’Art n’est jamais qu’un problème de re-senti, le tout c’est d’avoir du nez.

    • Obsédé Textuel dit :

      Ah le petit salopiaud ! Il m’a coupé l’herbe sous le pied !
      Moi qui voulait faire autre chose que du cul, je vais être obligé de revenir à mes fondamentaux…. Oui, oui, encore du fondement.
      Je suis une victiiiiiiiimeuh !
      Mais bien moins que certains Juifs impudents ! 😉

  12. Obsédé Textuel dit :

    J’étais presque sûr que votre malice habituelle se saisirait, avec gourmandise, de cette provocation ourdie par quelques crades gochiottes oisifs pour « faire flipper le bourgeois »; selon leur mentalité archaïque sclérosée de slogans prédigérés, prêts à consommer (surtout) sans réfléchir.

    Pour cette idée n’est pas mauvaise.
    Elle me plait bien.
    J’ai bien envie d’aller récupérer cette famille-purin et de leur payer un café chez Laurent, au Flore, au Deux Magots, au Fouquet’s…etc. Vous savez ces temples de la gauche caviar donneuse de leçons. Là où le vieux pédé Bergé, BHL, Kassovitz…. trouvent refuge !

  13. grandpas dit :

    Bonjours Dixie

    D’abord excusez moi pour ce commentaire qui n’a rien à voir avec le sujet mais je ne pouvais répondre à votre dernier chez l’Amiral sans déclencher une guerre de tranchée donc je me permets de le faire ici où un certain personnage peu recommandable traîne moins son clavier.

    Voici votre commentaire:

    « et Nicolas parce que c’est un taiseux. »
    Non sans dec ?
    Putain il se rattrape vachement à l’écrit ! »

    Voici donc ma réponse:

    Quand on parle avec des gens qui ne sont pas du même avis et qu’ on les insulte de pleins de petits noms, il faut avoir du répondant du style : mesurer 2 mètres, peser 150 kgs de bon muscle et ajouter une pratique sportive comme le pancrace, l’ interlocuteur en face se tait, boit son verre d’eau et te cire les chaussures avec son slip surtout s’il pèse 150 kgs de graisse pure et mesure 1m 50 de haut pour autant dans la largeur dans le cas où les mesures décrites ci dessus s’inversent, dans cette vision l’ offenseur en prend plein la gueule par l’offensé qui ayant le choix des armes, a prit ses poings en forme d’enclume pour offrir au personnage peu recommandable un lifting gratuit et définitif .

    Derrière un écran d’ordinateur, c’est moins risqué sauf évidemment si l’un des deux énervés est un des 4 fantastiques ou alors si l’on sait l’adresse du mécréant.

    Voilà peut être pourquoi notre personnage peu recommandable est plus discret quand il est face à face , « Men to Men » comme on dit dans le football-américain.

    Je me trompe peut être mais pour avoir vu le bestiau en direct-live, il ressemble plus au deuxième personnage décrit dans la première situation qu’ à Terminator même une petite vieille percluse de rhumatisme le mettrait KO en 1 round. il ne pourrait même pas s’enfuir étant court sur pattes même si son durillon de comptoir lui autorise un CX des plus impressionnant d’ où ma totale incompréhension sur sa consommation phénoménale de bio-carburant.

    Voilà, désolé pour cette digression mais si cette réponse est méchante, je me sentais obligé de vous répondre afin de ne pas vous laisser dans l’angoisse de ne pas savoir, je sais, c’est méchant mais je n’ai pas honte.

    • dxdiag2 dit :

      Ah Grandpas, merci, je suis contente que vous ayez rebondi sur mon com chez l’amiral. J’ai bien regretté de n’avoir lancé ma petite vanne qu’ à la fumée des cierges ce qui fait que l’intéressé n’a pas du lire.
      C’est pour moi un gros sujet d’énervement que ce Nico, ou plus exactement sa présence sur les blogs dits nauséabonds.
      Déjà chez Didier Goux je trouve plus que limite que le gros Nico soit autorisé à insulter les gens. Je trouve que c’est un comble qu’il puisse faire des mamours à celui qui écrit ET insulter ceux qui adhèrent aux idées qui sont développées dans les dits écrits.
      J’ai déjà discuté de ça chez Didier mais je ne suis pas certaine de m’être fait comprendre. On peut avoir des potes gauchistes ( j’en ai moi même) mais ils ne doivent pas pouvoir venir engueuler les lecteurs qui nous approuvent, ça me semble être le minimum de la correction.
      Depuis, monsieur Nico a encore développé son petit réseau, fait son malin chez Jacques Etienne, et maintenant chez l’amiral !
      Je ne comprends pas ce que les gens de notre bord cherchent en se faisant draguer par cet espèce de petit con.
      Il me semble bien plus stupide que l’indien, gauchiste qu’aucun réac n’a jamais « protégé »…il est vrai que ce dernier n’a pas de gros blog superfréquenté, ceci expliquant peut-être cela.

      • grandpas dit :

        Le gros alcoolique imbue de lui même s’est se faire  » cireur de pompes » à bon escient, il plait par son côté bonhomme de visu ou par sa gouaille intellectuel sur le net et c’est pour cela qu’il est nuisible.

        Je dirais que si le net n’avait pas existé, il serait un gueux parmi tant d’autres car que fait il à part passer sa vie à la Comète et ses nombreux blogs.

        Lorsque je suis venu le voir pour lui dire ma façon de penser, je n’ai même pas pu lui remonter la moustache d’un bon mètre car je me suis retrouver face à une baudruche avinée, triste spectacle.

        Vous et moi avons une vie, un emploi ou une professions lui c’est sur *V.D.M qu’il devrait s’épancher et je suis sûr que sur ce site il deviendrait ennuyant.

        *V.D.M : Vie De Merde.

      • Le portulan te ment dit :

        Digressons, digressons, on en oublierait l’odeur d’Orsay.
        Le personnage dont vous regrettez les protections mystérieuses est un no-life :
        http://gauchedecombat.com/2010/11/12/ca-fait-du-bien-detre-mechant-marre-des-jegouneries/
        En plus de traîner ses basques de gauche à droite, on devine qu’il serait du genre, sous pression occupatoire, à rejoindre tous les Lacombe Lucien. Ce qui ne laisse pas de me gêner un poil.

        • grandpas dit :

          Là, je dois avouer que j’ai bu du petit lait en lisant ce texte, effectivement le personnage est un no-life qui dort avec son I-pad, on couche avec ce que l’on peut.

          Bien, j’ai du travail qui m’attend et La Comète est trop loin pour me restaurer.

    • Sisyphe dit :

      Je m’immisce? Mais si, mais si.
      Peut-être pue-t-il le putois, le pote ?

  14. Majeur dit :

    Geneviève Antonioz De Gaulle à été, je crois, l’une des fondatrices d’ATD Quart monde avec le Père Joseph. Elle disait que l’odeur des gens dont elle s’occupait était la même que son odeur et celles de ces compagnes de captivités durant la guerre. Il y avait comme une fraternité de misère.
    Votre billet montre l’abîme d’intention entre cette dame et son continuateur.
    ————

    Le minois du putois est mimi. Je m’attire des regards d’une souriante lassitude de la part de mon amoureuse lorsque je lui fais part du bonheur que nous aurions à regarder s’ébattre devant la maison avec les chats, des moutons, des chèvres, un âne. Je crois que j’avais tenté un lionceau, mais là c’était abusé, il en aurait fallu un autre pour qu’il ne s’ennuie pas. Elle s’est décidé pour deux poules, qui sont des animaux très intelligent.
    Donc, oui, il est mimi le putois. Mais je ne vais pas tenter…

    • dxdiag2 dit :

      Oui il est mignon ce putois, et j’espère qu’on comprend que c’est lui qui parle dans le titre. 😉
      Moi aussi j’aimerais avoir un zoo à la maison mais monsieur ne veut pas !

  15. Barbara dit :

    J’arrive un peu tard, l’événement discuté ici m’avait échappé. Il faut dire qu’en ce moment, j’ai pris du recul face à l’information.
    Mais cet événement m’inspire plusieurs réflexions.
    Effectivement, si les pauves en question puaient pour ne pas s’être lavés, ce n’est pas admissible. Et, dans ce cas, le bénévole est fautif de les emmener au musée, où ils seront, avec juste raison, regardés de travers pour n’avoir pas respecté les règles de civilité : chez soi on fait comme on veut, mais en public, on veille à respecter les autres.
    Maintenant, il y a d’autres sources de mauvaises odeurs.
    Mon mari a eu affaire à un intérim qui suite à une longue galère venait enfin de retrouver du travail. Il fumait, n’avait pas vu de dentiste depuis des années, ses chicots de dents branlaient dans leurs alvéoles et sa bouche répandait une odeur infecte. La seule solution médicale a été de tout arracher, vu le stade de la maladie. Sûrement que cela aurait pu être pris en charge par la CMU avant, mais il y a des gens qui ont leur fierté et qui, quand ils osent demander, ne prennent que ce qu’ils estiment le juste nécessaire, et sans doute que personne n’a pris le temps de lui expliquer avec suffisamment de pédagogie que s’occuper de ses dents entrait dans cette catégorie. Chez nous, chez les petites gens, les soins dentaires étaient encore considérés comme un luxe il y a 30 ans. Une dent trop gâtée, on allait la faire arracher et c’est tout. Et il y a d’autres maladies dues à la misère qui peuvent dégager de mauvaises odeurs.
    Mais dans ce cas-là aussi le bénévole n’aurait pas dû les emmener au musée : les exposer à une humiliation supplémentaire, c’est manquer au plus élémentaire respect à leur égard. On peut découvrir des oeuvres d’art en reproduction papier ou sur un ordinateur portable : il pouvait les initier à l’art avant que les soins ne soient prodigués sans pour autant blesser leur dignité.
    Au mieux il est très con, au pire c’est un agitateur politique qui se sert des pauvres.

    • dxdiag2 dit :

      C’est vrai Barbara, les causes de ce genre de mauvaise odeur sont multiples et l’article ne permet pas de savoir à quoi elle était due. Mais si la puanteur a gêné plusieurs personnes, il est probable qu’elle ait été dégagée par les corps et les vêtements plus que par l’haleine (qui gène essentiellement un interlocuteur en face à face).
      Quoi qu’il en soit il est probable que cette odeur préexistait à la visite à Orsay ….

  16. Barbara dit :

    Vous avez raison Dixie.
    Ceci dit, je ne sais toujours pas (la flemme de chercher) quel type d’exposition le groupe ATD allait visiter. Il serait piquant que ce soit une exposition temporaire d’un de ces artistes auto-proclamés qui peignent avec de la bouse de vache, ou avec leur propre production, qui mettent des étrons en vitrine et tutti quanti. Parce qu’alors l’accompagnateur n’avait qu’à se proclamer artiste et désigner son groupe comme une « installation » (pour les béotiens qui comme moi ne connaissaient pas : quand une réalisation ne peut pas être qualifée de dessin, peinture, sculpture ou autre catégorie définie par l’art, c’est une installation).
    La dite installation pourrait s’intituler : plaidoyer pour une intégration réussie des pauvres.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s