A chacun sa macarena.

prof

Vers la fin du siècle précédent, nous découvrîmes en arrivant, un soir, l’appartement loué dans le sud de la France pour un séjour d’été.
La grande fenêtre de l’une des chambres donnait sur une placette où s’était installé, très provisoirement espérions nous, une sorte de cirque, dont nous entendions la musique et les interventions bruyantes d’un animateur.
Pendant que nous commencions à installer les affaires pour la nuit, mon enfant de quatre ans,  penché  à cette fenêtre ouverte, tachait  d’apercevoir les attractions.
L’animateur se mit brusquement à hurler dans son micro :
« Alors !  les petits enfannnnnts, alors !  vous savez la danser, LA MACARENAAAAA ? »
Mon fils, répondant à celui qui ne s’adressait pas à lui, fou de joie,  se mit à s’agiter, les yeux brillants de plaisir : « oh oui oh oui oh oui oh oui oh oui oh oui oh oui  » répétait-il, en secouant tant la tête d’avant en arrière pour appuyer cette acquiescement que  son petit corps tout entrainé par son enthousiasme se balançait dans un mouvement quasiment frénétique.
oh oui oh oui oh oui, il savait la danser, la macarena !!!! ( croyait-il ).
Nous avons ri à en pleurer à la vue de notre adorable culbuto.

Ces jours ci, je participais à un petit groupe qui se réunit une fois par semaine pour discuter de tout, de rien ou d’actualité, dans le courageux but d’améliorer une maitrise approximative du maniement oral de la langue de Shakespeare.
J’eu bien du mal à contenir un fou  rire en revoyant une scénette équivalente à celle que je viens d’évoquer : alors que quelqu’un interrogeait l’un des habitués censé bien connaître les USA et lui demandait  (en anglais, c’était le but) s’il estimait qu’il restait encore du racisme à y combattre, en bout de table, un homme, portant le genre de coiffure et de barbe  qu’il suffit d’apercevoir à quelques mètres pour identifier un socialiste, et qui l’est, se mit à s’agiter :
« oh oui oh oui oh oui oh oui oh oui » psalmodia-il, les yeux brillants d’excitation, la tête agitée répétitivement d’avant en arrière pour appuyer ses propos.
Toute la partie haute de son corps participait au mouvement : oh oui oh oui oh oui, se réjouissait-il ! : il rayonnait, il s’agitait, il était « emballé » !

C’est ainsi qu’il m’est apparu que pour l’homme de gauche, le combat contre le racisme n’est pas un devoir mais un des plaisirs de la vie.
C’est certainement pour cette raison qu’ils sont si malheureux lorsque l’on tente, en vain, de leur montrer preuves à l’appui, chiffres en main,  que les actes racistes sont quasiment inexistants dans nos pays ou  que la discrimination raciale à l’embauche est un mythe.
Ils n’ont pas envie que ce soit vrai.
Ils veulent continuer à danser la chorégraphie à la mode.

ps pour ceux qui ne connaitraient pas cette Macarena, épouvantable tub de l’été dont il est question ici :
ENJOY : http://www.dailymotion.com/video/x274h_los-del-rio-macarena_music#.URTGIGf4KSo

Publicités

55 commentaires on “A chacun sa macarena.”

  1. Ricoxy dit :

    Axiome de base :

    Combattre le racisme, c’est DÉJÀ une preuve de racisme
     

  2. Le portulan te ment dit :

    Avez-vous noté que notre fromage mou autorise les radios publiques, depuis sa guerre au Mali, à utiliser les termes facho-islamistes et islamo-fondamentalistes ?
    Le socialiste à coiffure et à barbe le suit-il comme un seul homme sur la pente glissante du « racisme c’est mal sauf quand c’est le chef qui l’autorise » ?
    Ils peuvent bien jouer aux girouettes-bobos ethniques, ce ne sont que des pitres.

    • dxdiag2 dit :

      En fait il n’y a qu’une seule règle :
      ils ont le droit absolu (comme dans la monarchie du même nom )de désigner les méchants, et sont seuls autorisés à le faire.
      Ensuite, ils le font comme ils veulent, quand ils veulent, avec les mots qu’ils souhaitent, et le bon peuple est censé approuver respectueusement en silence.

  3. NOURATIN dit :

    Je le vois d’ici, votre socialo…c’est tout à fait ça, vous leur retireriez un certain nombre de hochets tels que celui-là, ils seraient malheureux comme les pierres.
    Reste quand même une exception, le racisme anti-blanc, celui-là, on peut pas le combattre,
    il existe pas! CQFD!
    Amitiés.

    • René de Sévérac dit :

      « le racisme anti-blanc, celui-là, on peut pas le combattre, il n’existe pas! »
      Mon cher Nouratim, en voulez-vous la démonstration :
      la racisme ne concerne que les races, alors que le « blanc de souche » (à ne pas confondre avec le blanc de seiche ! oh, je sais que ce n’et pas glorieux mais la tentation était là.) n’est pas concerné -faute de race allogène-. Exemple « face de craie » signifie « tu manques de mélanine » donc « tu es de race indistincte ». Merde, et si ça aussi était raciste !

    • dxdiag2 dit :

      C’est rigolo comme on les reconnait facilement au look.
      Celui dont je parle est presque le portrait du prof joué par Campan dans le sketch des inconnus sur l’école.
      A noter d’ailleurs qu’à la fin il y a une imitation de beurette absolument formidable et qui leur vaudrait sans doute des poursuites judiciaires si cette vidéo venait de sortir.

      • NOURATIN dit :

        Je ne m’en souvenais plus de celle-là. Un régal!
        En revanche, comme vous dites, la beurette aujourd’hui leur vaudrait des poursuites judiciaires avec condamnation à la clé.
        Comme quoi nous poursuivons notre marche en avant sur la voie du progrès.

        • dxdiag2 dit :

          Moi aussi je l’avais vu il y a très longtemps et je trouve qu’elle est toujours d’actualité.
          Je me souviens que le gag hilarant des dernières minutes ne m’avait pas particulièrement frappée à l’époque, comme quoi l’oeil change 😉

      • blh dit :

        Un prof comme je les aime :o)

        • carine005 dit :

          Et des élèves comme je les aime !

        • dxdiag2 dit :

          Très drôle ! On dirait que c’est un prof rabzi avec des elèves du même type…comme quoi on n’aura la paix dans les établissements scolaires de banlieue que lorsque les profs ressembleront parfaitement aux elèves.

          • Pakounta dit :

            Pareil pour la boulisse, qui doit ressembler à la boupulation, pareil pour li bompié (pour li zinssondi), pareil bour li doctor, bareil bour al brézidon ,bour li diputé, bour li curé…
            La Vronze sera pacifiée quand elle sera misilmon. L’islam est ine rolijion de pé, ça siffi toulmonde il dovien misilmon.
            Wallah..

          • dxdiag2 dit :

            Mais oui, c’est tout à fait ça et je suis presque contente que ça apparaisse de plus en plus au grand jour.
            On vient de voir ça sur France 2 au sujet de la sécurité dans les commerces ( lire le billet de R Camus ) et on en avait parlé sur ce blog au sujet de la violence scolaire :
            « les enseignants doivent être issus de la diversité » nous expliquait doctement une espèce de psychanalyste spécialisé dans la pleurnicherie sur les quartiers sensibles.
            https://chezdixie.wordpress.com/2012/10/14/violences-scolaires-la-solution-inchalla/

      • Sylvestred19 dit :

        Quand la parodie surpasse en qualité les chanteurs bobos parodiés:

      • Obsédé Textuel dit :

        Arrêtez donc de nous baratiner chère Dixie !
        Cette video n’est pas un sketch.
        Vous l’avez piquée dans un journal télévisé d’aujourd’hui. 😉

  4. Pangloss dit :

    Combattre le racisme qui n’existe (presque) pas, c’est amusant et sans risque. Sauf le racisme anti-blanc: celui-là rend les coups.

    • René de Sévérac dit :

      « le racisme qui n’existe (presque) pas »
      oui, mais l’anti-racisme existe …. sinon Harlem Désir ne serait pas Premier Secrétaire du PS.

      • carine005 dit :

        « C’est certainement pour cette raison qu’ils sont si malheureux lorsque l’on tente, en vain, de leur montrer preuves à l’appui, chiffres en main, que les actes racistes sont quasiment inexistants dans nos pays ou que la discrimination raciale à l’embauche est un mythe. »

        Ah ?
        Les actes racistes inexistants dans notre pays ? Faut que tu lises le livre orange, copine !
        La discrimination à l’embauche un mythe ? va faire un tour à Orly et à Roissy ou dans n’importe quelle FNAC…

        • dxdiag2 dit :

          Tu as mille fois raison Carine, mais avec mes gauchiasses perso, on n’en est pas là.
          Pour eux racisme et discrimination = pauvres bougnègres^^…le reste est tout simplement inimaginable !
          Ils ont déjà du mal à comprendre, si en plus j’essaie de leur faire sauter une classe ils suivront encore moins le programme. 😀

      • carine005 dit :

        Et futur président de la Frônce, s’il n’est pas coiffé au poteau (ahhh le poteau !) par un candidat du parti muzz…

    • dxdiag2 dit :

      Le racisme antiblanc : boring boring boring……
      ça manque de rythme, c’est pas rigolo, c’est pas entrainant….

  5. Pierre dit :

    Qu’a fait le peuple pour mériter de telles crapules au pouvoir?

    • dxdiag2 dit :

      Il s’est endormi en ronflant de satisfaction, la panse bien remplie.

    • vryko dit :

      Il lutte contre le fachisme. Ne stigmatisez pas voulez-vous !

      Parce qu’on commence comme ça à dire que ça va mal et ensuite on amalgame l’islam à la takkia et autres obscénités nauséabondes, amalgamantes et très éloignées de notre vivre ensemble de gré ou de force car c’est un mouvement ô combien républicain.
      Et je vous invite à relire ce magnifique moment que fut la révolution avec cet instructif documentaire :

  6. blh dit :

    Psy s’est inspiré de ce rythme et en a fait un clip pas trop mal, qui nous change agréablement des rappeurs habituels.; de plus, que des coréens.

  7. Charles Robert dit :

    Je crois que ce qui leur plait, c’est l’autorisation d’avoir un ennemi commun.
    C’est fédérateur, donne un sentiment d’appartenance à une communauté et permet de canaliser les bas instinct(calomnie, dénonciation, haine) en les absolvant partiellement.
    J’ai l’impression qu’une bonne part des gauchisses, le sont par conditionnement, et n’ont pas vraiment un mauvais fond.

    • dxdiag2 dit :

      « Ils n’ont pas vraiment un mauvais fond « : mais bien entendu ! 😀 je les crois récupérables pour la plupart d’entre eux… mais P* quel boulot !

  8. Aristide dit :

    Mon cher Jean-Jacques appelait cela : « le plaisir du bon témoignage de soi-même ».
    C’est une drogue très puissante dont il est très difficile de décrocher.
    En fait il faudrait leur trouver un produit de substitution à nos pauvres gauchistes.
    Quelque chose qui leur permette de continuer à s’indigner et à se sentir moralement supérieurs au vulgus peccum, mais sans tout démolir autour d’eux.
    Je ne sais pas moi, on ne pourrait pas leur dire que le racisme sévit sur la planète Mars?
    Celui qui trouverait de quoi les sevrer aurait bien mérité de l’humanité.

    • Charles Robert dit :

      Je dirais, le plaisir d’un témoignage de soi-même meilleur que les autres. Et c’est mon dernier mot, Jean-Jacques. Parce que bon…

  9. Sylvestred19 dit :

    …(…) pour l’homme de gauche, le combat contre le racisme n’est pas un devoir mais un des plaisirs de la vie (…)…
    C’est exactement le même processus et les mêmes motivations psychologiques qui animent aujourd’hui les militants « anti-wacistes » que les inquisiteurs du XVI et XVII armés du Malleus Maléficarum ( le tristement célèbre « Marteau des Sorcières »).
    De nos jours leurs manuels d’inquisition sont les lois anti-wacistes de 1972 et la loi scélérate Fabius-Gayssot de 1990.
    Quand les actes ne suffissent plus a étayer la preuve, les pensées et les arrières-pensées, les non-dits, les attitudes d’évitement et le manque d’enthousiasme pour le « vivre ensemble » deviennent des preuves à charges!
    Tant de désirs inassouvis de listes de personnes mal-pensantes à fusiller engendrent chez le gauchiste authentique une frustration qui éteint en lui toute joie de vivre.

    • Majeur dit :

      Pas le même processus; l’Inquisition à crée, justement, l’inquisition c’est à dire l’enquête et le droit de se défendre donc de débattre. Si le droit de se défendre existe encore, il faut bien que les avocats s’enrichissent, aujourd’hui l’accusation vaut sentence.
      Nous le savons puisque nous retenons ou nous biaisons nos propos.
      Au temps de l’Inquisition il était préférable d’être jugé par un tribunal ecclésiastique plutôt que par le tribunal civil. Ce que nombre d’accusés souhaitait.

      hs:(l’accord se fait avec nombre ou avec accusés?)

      • Le portulan te ment dit :

        Avec accusés, car toujours pluriel après cette locution !

      • Obsédé Textuel dit :

        C’est samedi soir, donc vous avez envie de biaiser. Comment vous le reprocher ?

        • Majeur dit :

          Cher Maître,

          En effet, j’ai pensé à vous en mettant les points sur les i. – « Il y en a un de trop » me soufflait une pensée turgescente. Je n’ai pas voulue l’entendre.
          Las, la retenue de l’élève fait de la peine à l’ouïr.

          nb: biaiser, c’est tirer de côté?

          • Obsédé Textuel dit :

            « nb: biaiser, c’est tirer de côté? »

            Alors il vous faudra compenser par un bon gros strabisme antagoniste.
            Ainsi vous irez droit au but dans un tir juste (car on parle bien toujours de justice, hein ?)
            Si, c’est prouvé !

          • Majeur dit :

            de justice? Je ne sais plus. Mais de (dessous) de robes surement.

            Je n’ai pas de problème avec l’ophtal… l’oculiste, et ne le prouverai pas dans un établissement de cette tenue.

            S’il sagit de cela.

          • Majeur dit :

            s’agit bien sur…, avant de s’en servir – j’aurais pu l’éviter, nous sommes d’accord!

  10. Ricoxy dit :

    ► Pakounta : « L’islam est ine rolijion de pé, ça siffi toulmonde il dovien misilmon. »

    Surtou que, comme li pritend Gamelle de Bouse, l’islam il est en Europe dipuis 3.000 (trois mille) ans. Kiskon attend ?

  11. blh dit :

    Sylvestred19, combien y a -t-il de bobos-gochos, etc, dans le peuple qui trime, les ouvriers d’usine en 3×8, les serveuses de bistrot, les infirmières de nuit…?
    Peu, Ou pas beaucoup. Chacun de ceux-là essaie de vivre, seul ou en famille, la seule race qu’ils connaissent est la leur, qu’ils essaient de protéger bon an mal an.
    Cette pensée dépravée, dévastatrice pour l’esprit humain a ses racines dans les « Lumières », éclairées par tous les lobby F.M qui perdurent dans notre planète. Individualisme, subjectivisme, érigés en progressisme, ce qui flatte chaque individu, ont leurs bastions à l’éducation dite nationale, grande pourvoyeuse d’imbéciles nécessaires, mais vrais despotes dès qu’ils ont une once OZ de pouvoir.
    J’ai vu un film voici quelques années, à la télé, traitant de l’univers léniniste. Il s’agissait à un moment de l’action, de dézinguer tous les bourgeois et autres contre-révolutionnaires déclarés. On voyait un jeune fils à son père descendre quasi à bout portant au révolver, toute sa famille et repartir assez tranquillement… Je n’ai jamais revu ce film.
    Nous sommes à ce jour où ce sont les adultes qui tuent les enfants, Dans quelques temps, encore que ce soit plus ou moins commencé, les enfants prendront le relais.

    • Obsédé Textuel dit :

      « Cette pensée dépravée »
      J’aime bien cette expression et je la verrai bien remplacer celle, sans saveur et utilisée partout, de « pensée unique ».

  12. grandpas dit :

    J’arrive un peu comme la cavalerie vers la fin du film mais tant pis, je me permets d’en rajouter une couche, juste une vidéo pour les gars du « vivrensemble »

    Cela ne nous rajeunit pas.

    Quand aux bobos-antiraciste et tout le toutim, laissons les à ce qu’ils valent , c’est pas grand chose.

    A Paris , j’en croise tous les jours, ils ne sont pas raciste mais le nègre doit rester à sa place comme homme de ménage et surtout pas dans la famille, voir le sketch de Muriel Robin:

    C’est ainsi chez les bobos.

  13. carine005 dit :

    Alors Dixie !
    Quand c’est que c’est-y que tu nous mets un tit billet de derrière les fagots dxdiaguesques ?
    On s’ennuie, nous !

    • dxdiag2 dit :

      J’ai été un peu absente des blogs ces derniers temps…
      Merci Carine de me dire que je te manque

      Et merci aussi à tous pour vos coms, vos liens et vos vidéos 😀

  14. Charles Robert dit :

    « Les addictions, et plus généralement toutes les consommations excessives font partie le plus souvent d’un ensemble de comportements à risques ou de symptômes qui sont l’expression d’un malaise passager, ou bien de difficultés plus profondes. Comment estimer sa consommation, entre usage nocif et dépendance ? Comment être accompagné dans les processus d’aides à l’arrêt ou tout simplement, avec qui établir un dialogue ?

    Il est possible de trouver de l’aide auprès de son médecin, ou dans une structure spécialisée proche de chez soi, dont vous pouvez trouver les coordonnées en consultant les annuaires ci-dessous. »
    La suite se trouve sur « drogues-dependance point effaire ». Voilaaaaà.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s