Les travailleurs.

livreur

Je me suis toujours particulièrement bien entendue avec les « travailleurs ».

J’ai toujours aimé discuter avec ceux avec qui on peut tailler la bavette sans avoir été d’abord présentés, ces gens qui sont directs, qui ne prennent pas de posture.

Monsieur Dixie est comme moi.

Jusqu’ici les échanges spontanés que nous avions avec les maçons, les femmes de ménage, les maraîchers, les éboueurs, les conducteurs de grue, au hasard d’un chemin croisé, variaient  aussi bien quant aux sujets abordés qu’à l’ humeur de ceux qui nous parlaient.

 

Dorénavant les travailleurs que nous rencontrons parlent encore davantage , comme si le besoin d’échanger s’était amplifié, mais désormais le discours inquiet ou désabusé est de mise, et le sujet varie peu.

Comme si ces gens  dits du peuple, en avaient si gros sur le cœur que leurs mots attendaient, tout préparés  dans une sorte de starking block, prêts à jaillir dés que  quelqu’un leur donnerait le départ. La moindre remarque que nous faisons  semble les déclencher.

Nous finissons par nous demander si notre nauséabonderie ne sourd pas.

Nous finissons par nous demander s’ils ne nous reconnaissent pas comme étant  » des leurs » par quelque alchimie.

Car ce peuple, « xénophobe » et « réactionnaire », semble chercher toute occasion pour  nous dire à quel point il ne se sent plus chez lui dans son propre pays, quelle angoisse il ressent pour ses enfants, comment l’ insupportent ces constructions de mosquées un peu partout, les pubs pour le halal, les diversités visibles si visibles, si présentes, si menaçantes.

Pas une semaine ne se passe sans que nous recueillions les inquiétudes et la colère du peuple ouvrier.

 

Il doit bien y avoir quelque chose de particulier qui passe entre tous ces travailleurs et nous, car mes amis bobos n’ont eux apparemment pas droit à pareilles confidences et semblent si stupéfaits que je rencontre tant de prolétaires malpensants que je les soupçonne de  croire que je les invente.

Moi je les crois en tout cas, mes bourgeois-de-gauche, lorsqu’ils me disent que jamais aucune caissière ni aucun maçon ni aucun employé de la voirie, ne parle de quoi que ce soit devant eux, si ce n’est du temps qu’il fait ou du temps qu’il devrait faire : en voyant ces bobos, on SAIT qu’ils sentent bien trop bon.

 

La pêche au nauséabond fonctionne pour nous par contre au quotidien, quasiment spontanée, miraculeuse en quelque sorte, chaque jour apportant sa pépite.

Ainsi hier matin alors qu’on nous livrait de l’électroménager et que nous nous étonnions que le véhicule de livraison, resté dans la rue car  trop large pour le portail ancien, soit  resté ouvert, l’un des livreurs nous répondit  :

 » Ici encore on peut. Mais je viens de la région parisienne et c’est sûr que  la bas on n’aurait pas pu laisser les portes du camion comme ça. Avec les « gens » qu’il y a maintenant on ne peut plus. J’vous l’dit, un jour on ne pourra plus les calmer à coup d’allocs, tous ces gens là, et là, on verra : ça pètera, c’est sûr ! »

« Ici encore on respire….pour le moment ».

 

Et c’est tout le temps comme ça.

Tout le temps.

Tous les travailleurs nous parlent de ça.

Mais jamais, aucun d’entre eux, pas une fois,  ne nous a dit que l’immigration avait causé la crise.

Jamais on ne les a entendu dire que « les arabes viennent bouffer le pain des français ».

Jamais on ne les a entendu dire que le chômage et  la récession étaient  imputable aux immigrés.

 

Le petit peuple de France, celui que nous rencontrons, celui que l’on n’entend pas à la télé, qui ne commente sur aucun blog, n’a PAS de bouc émissaire.

Il se contente de se lamenter de la montée de l’insécurité et de sa dépossession.

Il se lamente comme on se lamenterait de voir un paysage ravagé et un héritage qu’on souhaitait transmettre à ses enfants réduit en fumée.

 

Le petit peuple de France qui n’a pas lu Renaud Camus sait que le grand remplacement est la chose la plus grave qui lui, qui nous, arrive.

 

Publicités

28 commentaires on “Les travailleurs.”

  1. Obsédé Textuel dit :

    Parfaitement vrai.
    Je peux faire état des mêmes faits du coté de chez moi. partant de là, on peut constater des modifications sensibles dans les entreprises: on n’y veut plus d’Arabes.
    Parler de racisme serait aussi vain que d’accuser d’antisémitisme. Ce ne sont là que des constructions aussi idiotes qu’artificielles.

    « On voit que vous ne travaillez pas avec eux ! »

    Personne ne veut plus d’Arabes arabisants dans la grande distribution mais aussi dans bien d’autres secteurs. En cause les comportements agressifs et malhonnêtes. Orduriers souvent.
    Et le dernier à m’avoir fait part de son dégout en la matière, c’est un Turc d’origine !

    • dxdiag2 dit :

      Oui, ça ne m’étonne pas, on se lasse. Avant notre transformation en délinquants de la pensée nous avons régulièrement fait appel à des diversités très visibles pour différents travaux et chantiers (ben oui, les pauvres, il fallait bien leur donner un petit coup de main antiraciste^^)
      On a été roulés dans la farine halal par les uns, effondrés par l’incompétence des autres et enfin physiquement menacés par un colosse yougoslave…
      Tout le monde ne passe pas son temps à refaire encore et encore les mêmes erreurs.

  2. didiergoux dit :

    Vous parlez avec des salauds de pauvres, et blancs de surcroit, sans aucune précaution prophylactique particulière ? Mais vous êtes démente !

    Cela dit, Catherine et moi devons nous-mêmes avoir des têtes de nauséabonds car nous recueillons volontiers aussi ce type de confidences. La dernière fois, c’était avec la gérante de la supérette qui se trouve sur la place de l’Église d’Illiers-Combray, laquelle venait de se faire agresser (verbalement) par deux racailles de sexe féminin et d’environ 15 ans nous a-t-elle dit. Elle était en train de prévenir les flics lorsque nous nous sommes approchés de sa caisse.

    U,n peu plus tard, comme nous discutions de ce que ces “incivilités” n’étaient plus l’apanage des mégalopoles et que Catherine s’inquiétait pour elle, cette jeune femme assez solidement charpentée nous adit avec un petit sourire : « Je ne suis ici que depuis huit mois. Avant j’étais dans le 77. Alors, elles peuvent revenir si elles veulent, je les attends et je saurai comment m’y prendre avec elles ! »

    On est parti rassuré (plus ou moins).

    • dxdiag2 dit :

      Ah ah, vous aussi, vous êtes dépisté par les prolétaires ! Je me demande bien comment ils devinent que nous partageons leurs idées incorrectes.
      A moins que ça ne soit l’inverse, et qu’en fait nos travailleurs parlent absolument à tout le monde ouvertement …SAUF à ceux dont ils devinent l’appartenance à l’empire du bien. 😉

  3. Charles Robert dit :

    Je dois vraiment sentir le pâté, alors. Je crois que si je n’agaçais pas les bobos pour le plaisir d’être heureux, ils me parleraient comme je parlais il y a plus de vingt ans et cela serait par trop régressif.

    • dxdiag2 dit :

      Nous sommes nombreux ici à avoir eu une sorte de « parcours »….il faudra qu’on en parle : ce serait intéressant de savoir ce qui nous a fait changer les uns et les autres.

  4. dxdiag2 dit :

    Sur ce je pars en week end prolongé.
    Je laisse le blog ouvert comme un camion…. après tout je crois que « ici, ça ne risque pas grand chose« 

  5. Pangloss dit :

    Au marché de mon petit bled, à part le froid et le vent, c’était le sujet de conversation.

  6. So dit :

    Bjr Dixie,
    Je me faisais récemment la réflexion symétrique. Appartenant au camp de ceux que vous appelez les « travailleurs » j’interviens souvent chez des gens de toutes catégories, du couple aux revenus (relativement) faibles au millionnaire, français de souche ou issu de l’immigration… et bien que ma nauséabonderie ait du mal à sourdre à travers mon apparence d’anar j’entends régulièrement les mêmes réflexions : angoisse quant à l’avenir des enfants, aux mosquées, aux diversités menaçantes, etc. Et aussi les solutions… là ça devient très « folklorique », l’UMPS a de beaux jours devant elle !
    Ayant abandonné mon prosélytisme nauséabond depuis les années 90 je me contente de noter. Et, croyez moi, je vais bientôt manquer de papier.
    J’en retiens au moins une chose : l’exaspération doit être forte pour que beaucoup évacuent la pression et se lâchent devant n’importe qui.

    • dxdiag2 dit :

      Ah, ça me fait plaisir que d’authentiques  » travailleurs » fréquentent mon blog So. IRL ceux que je rencontre ne semblent pas connaitre l’existence de la réacosphère, (d’où ma généralisation abusive sur le fait qu' »ils ne commentent sur aucun blog » 😉 ni même de FDS.
      Je les admire d’autant plus pour leur éveil : sans les sites de ré-information il me semble que je serais bien plus qu’eux « à coté de la plaque ».

      Je suis de l’avis de Barbara : tout ceci nous prouve qu’il y a une certaine libération de la parole censurée. Peut-être qu’en fait tout le monde parle à tout le monde…et que tout le monde ou presque ne se censure que devant les prêtres de la bienpensance.

  7. Barbara dit :

    So, de vos constatations, je tire une conclusion différente.
    Des gens se taisaient car croyaient avoir affaire à forte partie et partaient donc découragés d’avance. D’autres jugeaient plus prudent de donner des gages au camp du plus fort. D’autres enfin avaient subi le lavage de cerveau : mais à la longue, leurs observations ne collant pas avec ce qu’on leur a toujours enseigné, leurs yeux s’ouvrent.
    Actuellement, beaucoup constatent que la force de nos opposants a été largement surestimée grâce à une habile propagande de leur part.
    Alors, voilà trois catégories de personnes qui ne sont plus muselées, et elles forment une large part de la population.

    • Obsédé Textuel dit :

      « -beaucoup constatent que la force de nos opposants a été largement surestimée »

      Exactement !
      C’est ce que je ne cesse de dire depuis des années.
      Que risquez vous braves gens ?
      – Quoi ? Les lois mémorielles ?
      Leurs portées réelles ? Avez vous réalisé le nombre de lois qui sont votées, promulguées et… inapplicables en France ?
      – Quoi, les assoces à Juifs gôchiottes ?
      Savez vous que la plupart de leur plaintes sont sans grand effet ou bien sont classées sans suites…. tout simplement parce qu’elles ne peuvent pas être instruites, même par un juge rouge.
      N’importe qui peut déposer plainte contre quiconque à tout prétexte. Seulement faut prouver !
      Eh oui, çà change tout.
      C’est la raison pour laquelle ces assoces sachant leur action inefficace en Justice, tenteront leur chance avec les journaux et une campagne de presse.
      Bien sentie, comme vous dira.
      Avec la fameuse « mort sociale » promise rien que pour vous.
      – Hoooouuuuu que j’ai peur qu’on dise du mal de moi !!!
      J’en tremble encore.

      Mais reste t-il comme crédit à la classe jacassante ?

      Au fond les raleurs de mon genre ne risquent absolument rien, alors pourquoi ne pas se faire plaisir et partager entre nous:  » Et vive la Révolution ! « 

      • dxdiag2 dit :

        Tout de même OT, voyez ce qui est arrivé à Damien Rieu qui a perdu son travail suite à la médiatisation de son combat identitaire….je conseille aux jeunes en particulier d’être prudents, et aux vieux d’être prudents pour leurs jeunes.

        • Obsédé Textuel dit :

          Et alors ?
          Et les autres en face, sont-ils si prudents lorsqu’ils tapent sur la droite ?
          La seule arme qu’ils ont contre nous c’est la manipulation incapacitante.
          Nous foutre la trouille si vous voulez. Rien qu’en nous faisant les gros yeux, prononçant des mots, rien que des mots. Et c’est tout.
          D’où cette propagande d’une grande intensité. Tout repose sur elle.
          Des mots, des paroles qui s’envolent….

          Il faut résister.

          A certains çà suffit pour les abattre. Ou bien c’est un très bon alibi (en or 😉 ) pour cacher leur lâcheté naturelle. A ceux-là, même sans les lois, les assoces et la battage médiatique ils auraient trouvé autre chose pour justifier leur reniement.
          Mais déchirez ce rideau de cette pression, je l’ai fait souvent, et derrière vous trouverez…..rien.
          Les braves gens ont peur pour rien du tout

          Damien Rieu n’a perdu qu’un stage d’étudiant en communication.
          On en trouve à la pelle. Je suis bien placé pour le savoir en ce moment. Pensez donc, payé à 400 euros c’est de la main d’oeuvre gratuite pour les entreprises !
          Il a été casse cou, il l’a dit lui même; postuler pour un stage dans le très gauchiste petit monde de l’édition quand on est militant et porte parole d’un parti identitaire, faut être jeune louveteau fou-fou pour tenter ce grand écart !
          Ah mais si c’était pour le fun, il a bien fait; çà lui fera des souvenirs marrants à raconter à ses petits enfants !

        • Obsédé Textuel dit :

          « je conseille aux jeunes en particulier d’être prudents, et aux vieux d’être prudents pour leurs jeunes. »

          Mais on crève de toute cette fausse prudence qui castre les jeunes, leur brise leurs ailes avant l’envol et enfonce les vieux dans des taupinières de rancoeur.
          Arrêtrez d’être sérieux !
          Vivez, riez, moquez vous plus que jamais, racontez des blagues de Noirs et de pédés en public, virez de votre vie tous ces principes de précautions et ces sacs à dos qui vous font mourir avant l’heure !

          La liberté ne s’use que si l’on NE s’en sert PAS.

          • dxdiag2 dit :

            Oui, je sais que vous faites comme ça et je trouve ça très courageux mais pour le moment je considère que les emmerdes potentielles n’en valent pas la chandelle.

  8. grandpas dit :

    Travailleurs,travailleuses, on vous ment, on vous spolie, etc…

    Vaquant dans un monde de fonctionnaires, ils sont tous contents de leurs sorts, vive la socialie, je suis le seul à faire la gueule et à cracher sur la gueule à Hollande et c’est là que ça y en a être rigolo.

    Dans le Franprix que je fréquente, le gérant est un magrebhin et dès qu’il voit un de ces compatriotes, il le suit et ne prend aucun ni aucune de petits camarades issus de la diversité, les dernières caissières de style « CPF » lui ont emprunté 3000 €uros maintenant , les employés sont d’origine indienne, un sale raciste certainement.

  9. NOURATIN dit :

    Mes copains Grauburle, Foupallour, tout ça, qui vivent quasiment au contact des diversités enrichissantes, se trouvent un peu désemparés face au phénomène. En tout cas, il y a belle lurette qu’ils ont compris le piège mortel…mais pas la façon d’en sortir, comme nous tous.
    Le populo n’est pas stupide, il est juste mal informé. Evidemment aucun politicard ne songerait à remédier à cela. Même pas Marine qui se contente de leur promettre la même chose que Méluche avec la préférence nationale en plus…d’accord ça fait tout de même une
    sacrée différence.
    Hélas, les bobos ont toujours raison…
    Amitiés ainsi qu’à « M.Dixie ».


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s