De si gentils garnements.

mobile

Boston : on a trouvé le mobile des frères Tsarnaev

Boston, soulagée après la fin de la traque.
Boston, second suspect arrêté, des questions en suspens.
Boston, le second suspect arrêté est dans un état grave.

On peut difficilement faire plus neutre et plus factuel que les titres des journaux français ce samedi.
Félicitons nos journalistes.
Ils ont conscience que leur rôle est d’informer, qu’ils doivent rester le plus neutre possible, se positionner en retrait, éviter les spéculations :  c’est la raison pour laquelle ils n’utilisent jamais de titres chocs, jamais.
Soyons d’ailleurs certains que si les poseurs de bombe avaient été néonazis, les journaux auraient eu la même retenue .
Vous n’imaginez tout de même pas des titres du genre  » Boston, victime du fascisme et de la haine de l’autre »,   » Boston : quand l’Amérique est face à des démons«  ,  » Plongée dans le ventre de la bête immonde : les USA sous le choc »….Non, certes non, ce n’est ni le genre du « Monde » ni celui du « Nouvel observateur », en tout cas.

Non, c’est bien. Il faut prendre de la distance, éviter les amalgames, et puis, comme je l’ai entendu ce midi sur une radio de service public : « l’essentiel est que les poseurs de bombes aient été mis hors d’état de nuire….quant à leurs motivations, on ne les connait pas« .
Toujours ce midi, l’interview d’un bostonien allait dans ce sens :
« On ne sait pas pourquoi ils ont fait ça….on ne comprend pas et on ne le comprendra sans doute jamais. Mais bon, l’essentiel est qu’on ait réussi à les arrêter« .

We don’t know, we don’t understand.
Et oui, on ne sait pas, on ne comprend pas.

Quelle triste affaire.
Et qui concerne de si gentils garçons : des refugiés politiques ( !) d’origine tchétchène.

Tiens, dans « 20 minutes », voyez  la photo du plus jeune : il  à l’air calme, presque doux.
C’est un mignon gamin, et qui  aimait les chats, en plus, mais y était allergique, trop dommage ! ( ben oui, quand on est allergique à quelque chose qu’on aime, c’est bête, hein, non ?) ….
Oh, et tiens, voilà son premier tweet : « je fais la lessive?! à cette heure?« 
C’est meugnon.
Un garçon normal, quoi, et puis voilà qu’il a fait un truc pas bien du tout.
Ah ben on comprend PO.
Ben non, c’est inexplicable.

Eh,  au fait  : est ce qu’il aimait les chats, Breivik ?
Est qu’il avait le rhume des foins quand il voyait des chats, le Breivik ?
Est ce qu’il lavait son linge au campus, le Breivik ?
Il est où le premier tweet de Breivik, il est où ?
Alors là, on ne sait vraiment pas, les journalistes d’investigation n’ont sans doute pas réussi à trouver l’info.

Pour en revenir à nos deux américano tchetchènes , quand on gratouille un peu, on trouve quelques traces d’islam, mais si peu, si peu.
(et puis, je vous vois venir, avec vos amalgames…
Ils étaient musulmans, oui, et alors ? pourquoi y aurait-il un rapport avec le terrorisme ? d’où vous sortez ça ?, c’est dingue, ça !)
On s’en fout qu’ils soient musulmans.
We don’t care.
Et puis, musulman, musulman, c’est vite dit :
Le jeune était musulman, oui,  mais juste un tout petit peu : « il liste « islam » comme religion » sur son profil faissebouque, et pis c’est tout.
Le plus âgé était un peu plus musulman, mais bon, après tout l’enquête que le  FBI avait effectuée sur lui en 2011 alors qu’on le soupçonnait de liens extrémistes n’avait « rien donné« , non rien de rien, ça n’avait rien donné.

Et puis,  leur papa le dit lui même « ils n’étaient pas tellement pratiquants« .

Et là personne ne réagit !

Ils n’étaient pas tellement pratiquants !

Ils—- N’étaient—-Pas—–Tellement—–Pratiquants….
C’est EnOOoooorRrrrrrrrme. (mode Lucchini ON)

Car là, moi je dis, eh, oh, mais attendez, les gars,  c’est carrément la CLE du mystère :

Dans la mesure ou l’islam est de fait une religion de paix et d’amour, c’est forcement  le fait qu’ils n’aient pas assez pratiqué qui explique parfaitement que deux à-peine-musulmans puissent, de façon totalement mystérieuse, incompréhensible, se comporter tout d’un coup d’une manière ahurissante et invraisemblable, incompatible avec les valeurs de l’islam,  et basculer vers une forme complètement pervertie d’extrémisme religieux (absolument étrangère à la religion mahométane)  et qui n’est exercée que par des millions de soi-disants musulmans repartis dans des dizaines de pays et qui pratiquent tous trop peu et sans comprendre la vraie nature de leur religion.

Y en a marre, des faux musulmans, vivement qu’on ait l’islam.


Chahada chahadi, deux versions de versets.

convertible

Tel les canapés du même type, un certain nombre de gens appartiennent à la catégorie des convertibles.

 

Les uns, sont très gentils : ce sont les convertis chahada et Le Monde nous les présente très gentiment dans un article sympa.

Ayant prononcé  quelques mots brefs (le chahada) pour témoigner qu’il n’y a qu’un dieukala et que momo est à la fête (enfin quelque chose d’approchant que je me garderai bien de prononcer et même d’écrire de crainte que la magie-noire ne fasse son effet), le français ex-athée ex-catho ex-juif devient musulman converti. Et pis c’est tout.

« Une religion où il est facile d’entrer », nous dit-on, sans rien préciser sur la façon dont éventuellement l’on en sort, et qui fera, sans doute, l’objet d’un autre article du Monde. (moi, j’attends en tout cas)

La conversion est donc aisée, mais reste ensuite au converti la difficile épreuve d’avoir à faire face aux clichés.

Et ces clichés qui ont la vie  dure, rendent bien dure la vie du converti, si l’on en croit les quelques exemples éprouvants donnés par Le Monde.

C’est ainsi que la  mère catholique d’Abdel n’a tout simplement rien dit en apprenant sa conversion !

De cette absence de joie apparente et de ce silence on déduira facilement qu’elle amalgamait terrorisme et islam ! Les idées invraisemblables qui peuvent passer  dans la tête des mères silencieuses sont effrayantes.

C’est ainsi que le père de Baptiste a cru qu’il ne mangerait plus de porc !

Il croyait sans doute que lorsque l’on se convertit à une religion qui interdit d’en manger, on n’en mange plus ! Les simplifications dont peuvent faire preuve les pères un peu naïfs sont étonnantes.

C’est ainsi que la mère de Bilal a eu les larmes aux yeux !

Elle croyait sans doute désolant que son fils ait attrapé la musulmanose alors qu’elle aurait pu (dû ?) s’en réjouir.

Les idées que les gens peuvent se faire sur les maladies mentales sont écœurantes…

 

 

Mais laissons là ces charmants convertis chahada pour nous intéresser à un tout autre genre de convertis : Des pas gentils, et qui, eux, inquiètent un tout petit peu Le Monde qui nous les présente dans un article sympa, mais inquiet, mais sympa, mais inquiet.

S’agissant de gens convertibles qui ont choisi l’option   « se convertir à l’islam radical »(sic)  ( 3° religion de France ?) on ne saurait imaginer qu’ils se soient contentés de répéter les paroles du chahada, dont je répète pour ceux qui n’auraient pas suivi qu’il s’agit d’une conversion aimable à une religion tout à fait convenable dont les convertis ont à faire face à des clichés et des mères pleurnicheuses.

On imagine aisément qu’il faut, pour se convertir à l’islamradical prononcer une formule différente de celle par laquelle on se convertit à l’islam tout court, forcément,  et que je propose donc d’appeler chahadi.

Du  converti chahadi, on ne saura pas grand chose, en lisant Le Monde . En tout cas ni la formule de conversion si particulière, ni les redoutables difficultés à faire face à d’éventuelles mères muettes ou larmoyantes,  mais on déduira tout de même de l’article que le converti chahadi est susceptible de complicité de terrorisme, ce qui lui vaudra, éventuellement, quelques heures de garde à vue pendant lesquelles il n’est même pas certain qu’il n’ait pas à faire face à des chichés en plus d’avoir à faire face à des condés. Tout peu se voir je vous assure.

On apprendra également en lisant le Monde que le converti chahadi est susceptible de faire partie, par exemple, de la mouvance salafiste toulousaine.

Une mouvance, tiens donc ? mais de quoi donc ?

De chahadis, pardi !

Et il en faut combien, des chahadis,  pour faire une mouvance ?

 

On ne le dit pas.

Mais pensons tout de même que seul un esprit chagrin pourrait les confondre avec les  chahadas, ce dont, je suis certaine, se garderont bien les lecteurs de ce blog.

 

Finissons donc pas un moyen mnémotechnique blaguoforme permettant d’éviter à jamais les amalgames :

Quelle est la différence entre un convertible ?

Il a les deux sourates pareilles, surtout la coranique.