On ne se méfie jamais assez des boches et des hongrois.

"foullez vous fous metizer avec nous Mesdemoizelles  ?"

« foullez vous fous metizer avec nous Mesdemoizelles ? »

Hier, j’ai écouté la télévision ( oui, seulement écouté parce que je fais des sudokus en même temps) : on y parlait de l’occupation  allemande pendant la deuxième guerre mondiale.

L’Occupation, la vraie, la seule, lors de laquelle, suite à la défaite militaire de 1940, nous avons été envahis par quelques centaines de milliers (non non pas des millions) de soldats allemands bien habillés, rasés de près et propres sur eux qui se sont installés dans nos villes et jusque dans nos campagnes.

Il apparaissait, si on en croyait le documentaire, qu’ils avaient généralement une façon de ne pas mugir comme de féroces soldats ni d’égorger nos fils et nos compagnes….bref, qu’ils se comportaient de façon plutôt aimable.
Les uns, nous disait-on, se promenaient dans Paris en en admirant l’architecture, décontractés entre deux défilés militaires parfaitement chorégraphiés, d’autres peignaient des paysages de bord de rivière  pendant que d’autres encore jouaient de l’accordéon chez des agriculteurs normands, ou plaisantaient  avec les indigènes tout en réparant des tracteurs, tous heureux d’avoir survécu aux combats et montrant fièrement les photos de leurs femmes et de leurs enfants à leurs nouveaux copains français.

Et figurez vous, cela semble incroyable,  que  ces cons de français (faut-y êt’ con !) admettant qu’ils avaient militairement perdu, et constatant que l’occupant se tenait de façon correcte, acceptaient tout cela  presque sans broncher. (sans broncher ! faut-y êt con !)
Ils ignoraient, ces « imbéciles » que derrière le visage souriant des soldats de la Wehrmacht, se cachait le régime de terreur des nazis.

Je me suis demandée en entendant cela comment les français auraient pu maitriser le sujet dés 1940… mais ils auraient probablement dû le faire car il  était certain à entendre celui qui parlait dans le documentaire , qu’en ce qui le concernait, lui ne se serait pas fait manipuler avec autant d’aisance.

Rendez vous compte que non seulement ces salauds de soldats allemands « bien élevés » étaient la partie émergée de l’iceberg du national socialisme, mais que, dés le début ils coutaient de l’argent aux français en vivant sur le dos de la bête ! La France était pillée !
L’ odieux gouvernement de Vichy donnait même directement de l’argent à l’Allemagne !

Bref, j’ai bien écouté.
Et j’ai bien compris :

Lorsque nous sommes envahis après une énorme branlée militaire il faut se révolter… mais lorsque nous sommes envahis sans avoir perdu aucune guerre, il faut  s’en réjouir.
Lorsque nous sommes envahis par des européens qui se tiennent correctement nous devons savoir que ce sont des ennemis héréditaires…mais lorsque nous sommes envahis par des africains qui se tiennent très mal, on doit en déduire que ce seront de bons copains, que c’est juste une question de temps.
Lorsque nous payons un tribut à l’Allemagne, le gouvernement est un infâme collaborateur…mais  lorsque nous payons des tributs à tant d’autres pays plus éloignés de nous que   l’Allemagne, le gouvernement fait son devoir républicain.
Lorsque nous sommes envahis par les allemands, nous devons savoir qu’ils représentent en fait LE  national socialisme , qui n’existe qu’en un exemplaire et est odieux…mais  lorsque nous sommes envahis par les mahométans, nous devons savoir qu ‘ils représentent de nombreuses  cultures toutes si différentes et si variées qu’on ne peut avoir aucune opinion sur elles.

J’avais tellement compris que je n’ai même pas écouté la deuxième partie du documentaire, consacré cette fois à l’horreur nazie.
(J’ai assez pleuré autrefois sur toutes ces atrocités pour n’avoir plus de larmes pour le sujet et pour garder le peu qui me reste pour un usage plus personnel, plus du genre « Amour sacré de la Patrie Conduis, soutiens nos bras vengeurs Liberté, Liberté chérie Combats avec tes défenseurs » )

J’ai fait vaguement re-fonctionner mon nerf auditif en entendant que l’émission suivante était consacrée à la Hongrie qui …. »s’enfonce dans le nationalisme ».
C’était horrible à écouter : figurez vous que ces gens là vont jusqu’à utiliser les médias de leur pays pour diffuser leurs messages d’extrême droite.
C’est incroyable !
Vous vous rendez compte!
Avoir le pouvoir ET se servir de la télé et de la radio pour faire passer sa propre propagande ostraciser ceux qui ne sont pas de votre avis, les censurer ! C’est quasiment du jamais vu depuis Hitler, non ?

C’en était trop ! J’ai été bouquiner au lit.

Publicités