Variant du virus coranique ?

Ils ne font pas très attention avec leurs cultures sur œufs hallal... ou bien ils le font exprès, c'est selon.

Ils ne font pas très attention avec leurs cultures sur œufs hallal… ou bien ils le font exprès, c’est selon.

 

Alors que depuis quelques années déjà, l’observateur le plus inattentif et le moins au fait des questions d’épidémiologie a pu constater, lui même, que la musulmanose dont souffre de façon chronique la plus grande partie des populations africomaghrebines censées venir en Europe ranimer le système moribond des retraites, pouvait se transmettre dorénavant de façon DIRECTE de muz à kouffar, il semble que la situation se soit récemment aggravée.

En effet, on constate ces jours ci, que non seulement la transmission est possible, ce qui était déjà fort inquiétant,  mais que les cas les plus graves de musulmanose, ceux qui n’épargnent aucune connexion neuronale et font du malade un être totalement et définitivement perdu, atteint de djiadose,  peuvent également passer la barrière inter-espècedereligion.

Nous avons donc franchi un stade nettement supérieur dans l’épidémie qui frappe l’occident et ne pouvons que nous étonner de voir qu’aucun mécanisme de prévention n’est mis en place par ceux qui sont censés protéger un minimum leurs propres populations.
Car, s’il est avéré, comme nous l’affirme le ministre Le Drian, que les patients comme Gilles Le Guen, passés quasi directement semble t-il  de l’état de souchien à celui de jihadiste sont peu nombreux ( se comptent sur les doigts d’une  main dit-il, après les avoir comptés lui même à la louche) qu’en est-il des foyers épidémiques à l’origine de ces contaminations ?

Pensons à la quantité de  malades atteints de formes gravissimes qu’il est nécessaire qu’il y ait,  dans les foyers traditionnellement connus pour leur hébergement chronique et héréditaire du virus coranique, pour permette à la maladie de prendre ce nouveau virage.
Pensons à l’importance du nombre de malades atteints de djiadose qu’il a fallu pour que cette épouvantable pathologie mute et commence à se répandre dans les populations censées être immunes.
Des mesures de prévention semblent plus que nécessaires en l’absence de vaccin et nous nous horrifions tous les jours davantage de constater que loin d’essayer d’éradiquer la maladie on
fasse l’élevage du virus coranique en batterie.

Publicités

Babyloup dans la bergerie.

gremlins

La cours de cassation a annulé il y a quelques jours le licenciement d’une salariée de la crèche babyloup.
Je trouve ça parfait !

Il s’agit de la suite d’une l’affaire qui avait fait du bruit il y a plus de deux ans : édifiante histoire d’une employée  de crèche privée à Mantes la jolie, recrutée sans aucun diplôme ni formation, par une équipe de femmes sympathiques et ouvertes aux autres, pas le moins du monde moisies. Ces féministes anti-racistes de la meilleure espèce, persuadées que la communautarisation et la radicalisation religieuse ne sont que les réponses maladroites des pauvres à la situation d’exclusion sociale dont ils sont victimes, ont donc formé une Fatima, qui, utilisant adroitement (reconnaissons le) l’ascenseur social ainsi fourni, est devenue directrice ajointe de la crèche.
Tout allait bien, tout était merveilleux, mais que la déception fut grande, pour l’équipe de la crèche, lorsque la dite Fatima partie quelque temps en congé parental, revint coiffée du voile islamique, tenue contraire au règlement intérieur qu’on lui demanda donc de retirer, ce à quoi elle se refusa.
S’en suivit son licenciement puis une série  d’affrontements judiciaires entre Fatima et ses bienfaitrices voilophobes, affrontement qui viennent donc de se terminer par la victoire de la voilée sur ses employeurs.
Fatima  : 1 Babyloup : 0
On imagine l’ambiance, quand madame musulmette reprendra ses fonctions à la crèche au contact des progressistes désenchantées…j’en ris méchamment d’avance.

Déjà en 2010, cette petite histoire m’avait amusée et j’avais imaginé que la transformation de la gentille employée en petite inchallate était peut-être tout simplement due aux fait que les  musulmans, comme  les gremlins, ne doivent en aucun cas être nourris à la nuit.
Si cette hypothèse vous parait quelque  peu étonnante , songez que le ramadan semble bien aggraver la musulmanose…c’est un fait !

Mais passons, il reste que la cours de cassation, en donnant raison à musulmanette, donne d’avance raison à toutes les voilées qui souhaiterons garder leur voile au travail quand bien même elles se seraient engagées à ne pas le mettre.

J’en vois beaucoup qui s’en désolent.
Pour ma part je m’en félicite.
Mon opinion est qu’il y a trop d’adeptes de la secte mahométane  en France, et que s’ils montrent bien qu’ils le sont, c’est plus facile de les compter.

Le fait que l’on interdise aux musulmans de cœur de se déguiser en musulmans d’apparence me semble être l’équivalent de cacher la poussière sous les tapis, ce qui me déplait, chez moi comme dans mon pays.
Après tout si l’appartement est crasseux, qu’au moins la saleté soit visible, afin que ceux qui nous  soupçonnent d’être obsédés par la propreté constatent que notre demande d’aspirateur est justifiée.